Imagerie d’Épinal

Cet atelier de production de petites images présente son histoire de façon moderne et interactive.

Chaque visiteur se voit muni d’une tablette tactile pour une expérience immersive. Le visiteur visite à son rythme et selon son bon vouloir.

Inscrit aux  monuments historiques depuis 1986, l’imprimerie présente le cœur de son patrimoine

industriel. La tablette complète bien les descriptions des machines. Jean-Charles Pellerin, maître cartier, va fonder une imagerie en 1796. Artisanale au départ, l’imagerie d’Épinal est peu à peu devenue une véritable industrie.

L’impression de la feuille s’effectue alors à l’aide d’une presse à bras, dite « Gutenberg ». Ensuite intervient le coloriste : au moyen de pochoirs, il applique à l’aide d’une brosse ronde les différentes couleurs nécessaires à la finition de l’ouvrage.

Les techniques évoluent au fil du temps, notamment vers 1850 avec l’arrivée des pierres lithographiques qui révolutionnent la technique d’impression dans les imprimeries.

En organisant l’exposition en ordre thématique, le musée rend compte de l’importance de l’imagerie dans les événements politiques, religieux et même éducatifs: propagande sous Napoléon, instrument de savoir pour le début de la mise en oeuvre des théories de Rousseau.

Les machines de nouveau en activité sont cependant uniques en France.

À l’aube du XXe siècle, la production de l’imagerie est connue dans le monde entier. Les pantins, les théâtres de papier, les constructions puis, lors de la Première Guerre mondiale, les sujets militaires sont autant de domaines où la diffusion est importante.

Le fonds historique, riche de centaines de milliers d’images, par le biais d’une large sélection de tirages anciens et récents, continue à être préservé et valorisé à travers la mise en place d’un réseau de diffusion national et de la boutique en ligne.

En août 2014, la qualité des produits est garantie par un label spécifique « Images d’Épinal », validé par le comité éditorial & création de l’Imagerie d’Épinal. Cela consiste à garantir le respect des codes spécifiques des images d’Épinal : une imagerie populaire, inscrite dans son époque et qui peut être narrative, historique, événementielle, ludique, politique, éducative, entre autres.

Ce label marque la volonté de revenir aux véritables images d’Épinal et de valoriser un véritable savoir-faire historique reconnu et désormais encadré par une charte précise.

Sources

Wikipédia

Questions pratiques

Musée de l’image : Visite des ateliers

HORAIRES d’Ouverture (boutique et visites)
Lundi : Fermé.
Mardi à samedi : 9h30 – 12h00
et 14h00 – 18h00
Dimanche et jours fériés :
14h00 – 18h00

4 commentaires

    • Oui, j’ai été très étonnée de trouver une muséographie aussi interactive pour un thème complexe ! Un bon moment !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.