Pourquoi tu danses quand tu marches ? – Abdourahman A. Waberi

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019

PREMIÈRE SÉLECTION DU RENAUDOT 2019

@vagabondageautourdesoi.comPour cette rentrée littéraire 2019, Abdourahman A. Waberi nous livre un roman de transmission avec « Pourquoi tu danses quand tu marches ? » paru chez JC Lattès. Pour répondre à cette question posée par sa fille un jour sur le chemin de l’école, Abdourahman A. Waberi va dérouler les souvenirs de sa jeunesse à Djibouti dans les années 70, dans le quartier du Château d’eau avec ses parents, Papa la tige et une mère un peu jeune et trop fragile, et sa tendre grand-mère Cochise.

Alors lorsque le garçon grandit plus sensible et plus fragile que les autres, avec une patte qui traîne, sa tendre grand-mère Cochise est autour de lui pour l’entourer. L’enfant qui, sans soin minima, aurait pu rabâcher toute sa vie sa rancœur s’il n’avait rencontré la tendresse pour s’ouvrir aux mots. Pas uniquement, ceux de la littérature mais ceux de « Paris Match », de « Nous Deux », des lettres qu’il va écrire, de ces liens épistolaires qu’il va ne cesser de développer. Tous ces mots lui ouvrent des possibles avec la rencontre d’enseignantes  qui changeront le regard des camarades sur le petit estropié.

Jusqu’à la réponse à la question posée par sa fille, le rappel des souvenirs m’a semblé un peu long et désordonné. Après, le récit se fait plus émouvant et tendre, le style devient plus poétique et plus ouvert. Le narrateur se confie sur son amour des mots, sur la déception de ses parents à ne pas avoir un fils fort et vigoureux comme doit être l’aîné d’une fratrie, sur les histoires que lui raconte sa grand-mère qui lui a « inculqué les bons réflexes dans sa vie », sur le pardon offert à sa mère malgré sa lointaine tendresse, sur la transmission à une petite fille élevée à l’occidentale sur sa culture d’origine.

« Pourquoi tu danses quand tu marches ? » est un roman tout en pudeur et en tendresse sur le récit d’une enfance difficile. En même temps, c’est le récit d’une tradition en héritage pour sa petite fille, Béa, âgé de 9 ans.

Merci @Netgalley et@LattesLeMasque pour #PourquoiTuDansesQuandTuMarches

Ce livre m’a été offert en service de presse par Netgalleyfrance. Remerciements aux éditions Grasset. Ceci est mon avis en toute honnêteté et sans pression, comme d’habitude.

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

Toi, ma fillette, tu me renvoyais la vérité avec une dose d’affection non dénuée de fermeté.

Écrire était une obligation, une manière quasi biologique de respirer, de vivre par procuration., ce que je m’imaginais se dérouler à Rouen comme la-bas à Djibouti.

Je ne devais plus jamais me définir par cette maladie ou par une autre.

Respecter la ponctuation et les règles grammaticales.
Alterner les phrases courtes et les phrases longues pour créer du rythme.
Utiliser vos connaissances et, en cas de panne, faite appel à votre imagination.

Aujourd’hui encore, les mots sont des jouets merveilleux.

Africain un jour et Français le lendemain.

La mémoire est une force impérieuse, un courant qui emporte tout sur son passage. Impossible de la contrôler, impossible de lui échapper. Elle me fait revivre, en cet instant même, ces images vues et vécues qui me serrent le cœur et qui me trempent de sueur.

C’est la République française qui lui avait donné cette sacré mission. Tous les enfants, blonds ou nègres, doivent être instruits pour décrocher une bonne place dans la vie. Liberté, égalité, fraternité pour tous. Mêmes pour les chiens

Dans les pays chauds, les gens s’habillent de la tête aux pieds. Il n’y a que les occidentaux pour se mettre à poil des qu’ils sentent le soleil leur chauffer un petit peu la couenne.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

@vagabondageautourdesoi.com

@vagabondageautourdesoi.com

@vagabondageautourdesoi.com

Pourquoi tu danses quand tu marches ? Abdourahman A. Waberi

Editions : JC Lattès

Parution : 21 août 2019

ISBN 2709665565

Lecture : Septembre 2019

21 commentaires

    • Oui, cette histoire est touchante car au delà de la transmission c’est aussi en filigrane l’acceptation du handicap par la personne qui l’a. Merci et bonne fin de semaine Eveline !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.