Personne n’a peur des gens qui sourient – Véronique Olvadé

Le nouveau roman de Véronique Olvadé paru aux éditions Flammarion affirme par son titre que « Personne n’a peur des gens qui sourient ».

Le sourire est depuis longtemps un attribut de la féminité. Surtout que Gloria, héroïne de ce roman, doit lutter contre les standards de celle-ci car ils la font ressembler à une « muse du XIXème siècle habitant la rue Lepic » avec sa petite taille, ses seins trop lourds et ses fortes hanches qui ne correspondent pas ni aux canons de notre époque ni vraiment à sa personnalité. Du coup, elle sourit tout le temps !

Pour en prendre le contrepoint, sa fille, adolescente, décide de ne plus sourire et fait la triste expérience, au mieux, de la solitude, et au pire, du rejet ! Car, personne n’a peur de Gloria même si elle ne se sépare jamais de son « Beretta » dont elle sait parfaitement se servir!

Gloria décide un matin de prendre ses cliques et ses claques et de partir avec ses deux filles, Stella, adolescente et sa petite de 6 ans, à l’autre bout de la France. Au début, c’était pour les vacances, mais cette situation va durer. On imagine le pire : Gloria est-t-elle victime de violences conjugales? Sa fille est-elle victime de harcèlement au collège ou pire encore, est-elle victime d’un viol ? Gloria nous parle-t-elle de sa descente dans la dépression ?

Il faudra beaucoup de patience au lecteur pour comprendre toute la psychologie de ce personnage féminin sujet à une paranoïa importante ! Femme forte qui essaye de maîtriser tout, Gloria a fort à faire pour ne pas suivre le chemin tracé depuis sa naissance. Refusée d’être élevée par une mère qui n’assumer pas ses responsabilités, puis par deux hommes, dont son père avant qu’il ne décède, Gloria fait tout pour construire une nouvelle famille : aimer et avoir confiance en un homme quitte à ne jamais lui poser de questions, ne plus travailler grâce à un héritage, avoir deux filles et tout faire pour conserver un bonheur d’apparence. Jusqu’à ce que la réalité se fissure le beau tableau et que Gloria soit très, mais très en colère …

Mais, avant la colère, il y a eu les peurs, celles qui feront naître des comportement de protection exagérés envers ses filles, celles qui l’empêcheront de savoir, celle d’imaginer que l’autre, quel qu’il soit, oncle, avocat, amant, peut détruire ce « bel équilibre ». A moins que ce ne soit que pure invention d’un esprit perturbé …

En faisant sans cesse de allers et retours du passé au présent, Véronique Olvadé nous mène par le bout du nez dans l’univers de Gloria et réussit à nous tenir en haleine avant de nous planter là …avec la sensation de n’avoir rien vu venir ! Véronique Olvadé nous livre un beau portrait de femme, un peu bizarre quand même !

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Après cela elle avait constaté qu’elle pouvait vivre avec l’absence de son père comme si elle avait endossé chaque matin un châle transparent fait de son émotion, ou bien un habit qu’elle aurait été la seule à voir scintiller, un habit qui aurait été incroyablement léger mais solide, une cote de maille la plus fine qui l’aurait protégée comme une armure invisible.

Il n’y a rien de plus contagieux que la méfiance. C’est un redoutable venin.

« Ces garçons-là peuvent faire de bons animateurs de centre aéré ou de bons profs de sport, si tant est que quelqu’un leur file un petit coup de main en chemin, mais en général ils se contentent de boire trop et de tout rater.  »

Quel genre de mère vais-je être? Échapperai-je au fatal bataillon des mauvaises mères ?

Il faut préciser la distinction qu’établit Gloria entre les spectres et les fantômes. Gloria a eu la visite de spectres toute son enfance- C’est ainsi qu’elle appelait ses amis imaginaires.

Quand aux fantômes, la question est plus délicate. Il semblerait qu’ils ont quelque chose à faire parmi les vivants – ou à leur faire faire.

Qui ne s’est jamais fait belle pour déjeuner avec une amie, ou même pour elle-même, afin de ne pas naufrager ?

Après coup, Gloria aurait pu compter les messages d’alerte, tous les avertissements imparables que son cerveau avait ignorés.

Je sais je sais je sais tout ce qu’il est, mais je l’adore, ce type est une merveille.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Personne n’a peur des gens qui sourient – Véronique Olvadé

Éditeur : Flammarion

Parution : 6 février 2019

ISBN : 2081445921

Lecture : Février 2019

11 commentaires

    • Je ne me rappelle pas avoir lu un des précédents. ..Difficile de plaire à tous ! Bonne journée.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.