Kupka – Grand Palais

Kupka – Pionnier de l’abstraction

Rétrospective

Grand Palais

Du 21 mars au 30 juillet 2018

Visite le 7 avril 2018

vagabondageautourdesoi-Autoportrait 1910-wordpress-01.jpg
Autoportrait -1910

Curieux et cultivé, Kupka ( 1871 / 1957) s’est passionné pour tant de sujets qu’il nous laisse une œuvre complexe aux facettes multiples. Homme d’engagement mais aussi très indépendant, il invente sa propre forme qui révolutionne l’art du début du XXème siècle. C’est sa propre abstraction.

Il faut toujours faire la différence entre ce qui désigne une chose et l’idée que l’on aura de cette chose.

 

Baigné par la culture viennoise où ses œuvres ont été appréciées (contemporain de Klimt), Kupka est  façonné par l’art du 19ème siècle. De cet art nouveau, Kupka retient la géométrisation des formes et les frises avec des rythmes verticaux. A son arrivée à Paris de sa Tchécoslovaquie natale, il vit boulevard de Clichy dès 1986 au cœur du quartier populaire et a comme voisin Picasso. Il découvre la bohème de Montmartre, la vie au jour le jour, notamment avec « Gabrielle » comme modèle.

Végétarien et naturiste, Kupka frappe par sa modernité ! Il réfléchit sur la place de l’homme dans la nature et l’univers. Mais, il renonce à faire de son art une pensée philosophique.

Artiste symboliste (peinture chatoyante et colorée), Kupka a des engagements politiques à très forte connotation anarchiste puis va côtoyer les artistes (du cubiste Picabia à Duchamp) et va basculer dans l’abstraction naissante dès le début du mouvement. Il aura une reconnaissance en France après la seconde guerre mondiale.

vagabondageautourdesoi-Méditation- 1899- -wordpress-01
Méditation – 1899

Au début de l’exposition, les couvertures qu’il a faites pour « L’Assiette au beurre » (magazine satirique) font incroyablement penser à Charlie Hebdo. Anti-cléricales et anarchistes, elles dénoncent des situations que nous regardons avec une attention particulière tant elles sont d’actualité !

 

vagabondageautourdesoi-Couverture Assiette au beurre-wordpress-02.jpg

vagabondageautourdesoi-Couverture Assiette au beurre-wordpress-05.jpg

vagabondageautourdesoi-Kupka-wordpress-1010781
L’Assiette au beurre n° 252 – 1906
vagabondageautourdesoi-Kupka- wordpress- 1010783
Cocorico – N° 42 – Novembre 1942

Pendant quatre années, j’ai eu à suivre l’évolution de l’homme sur la terre et c’était pour moi un bienfait, j’ai vu les humanités passer mieux qu’on les voit dans les écoles. Enquête sur la vie des peintres.

 

vagabondageautourdesoi-Rythmedel'histoire- - wordpress-01.jpg
« Vague » Rythme de l’histoire – L’homme et la Terre – La reclus – 1905

Pour les amateurs de livres rares, le Grand Palais présente un exemplaire de l »Eschyle » et du « Cantique des cantiques » sur lesquelles Kupka a travaillé longuement l’illustration.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010796

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010798
Eschyle- Prométheus- Paris- 1924
vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010799
Le Cantique des cantiques – Paris- Librairie universelle- 1905

Après ces différents travaux, Kupka décide de se consacrer à la peinture. Ses œuvres témoignent de ses réflexions et de ses recherches.

vagabondageautourdesoi-Lavague-1904 -wordpress-jpg.jpg
La vague – 1903/1904
vagabondageautourdesoi-Gamme Jaune- 1907- wordpress-01
Gamme jaune – 1907 – Version du Musée d’Art Moderne
vagabondageautourdesoi-labaigneuse-wordpress-01.jpg
L’eau. La baigneuse – 1906-1907

Vous avez oublié que le sens des couleurs se trouve en vous-mêmes. C’est là qu’il faut aller le chercher !

 

vagabondageautourdesoi-lestouchesdepiano-1909-wordpress-01
Touches de piano – 1909
vagabondageautourdesoi-Le rouge à lèvres -1908-wordpress-01
Le rouge à lèvre- 1909 de la série des Gigolettes-

La série des Gigolettes décrit des marlous qui exploitent de plus pauvres encore! Les personnages ont des visages déformés et représentés de profil.

vagabondageautourdesoi-lapetitefilleauballon-1909.jpg
La petite fille au ballon – 1909

Comment représenter le mouvement du ballon, alors que le tableau est statique ?

vagabondageautourdesoi-Portraitdefamille--wordpress-01
Portrait de famille – 1910
vagabondageautourdesoi-Grandnu-1910-wordpress-01.jpg
Grand nu – 1910

Kupka abandonne de plus en plus l’expression pour se consacrer à la couleur. Puis, les plans verticaux, géométriques s’imposent.

vagabondageautourdesoi-plansaveccouleurs- 1910-wordpress-01.jpg
Plans par couleurs (Femme dans les triangles) 1910

Pour le Salon d’Automne (1912), Kupka présente « Anamorpha, fugue à deux couleurs », référence à l’œuvre de Bach (à gauche).

vagabondageautourdesoi-Salon d'automne 1912-wordpress-01.jpg

Comme pour ses œuvres précédentes, Kupka est persuadé qu’il serait compris, ce qui ne fut absolument pas le cas ! Le tableau fait un énorme scandale. Avec Apollinaire et son poème Orphée, les peintres exposeront au Salon des Indépendants en 1913 (courant de l’Orphisme – peinture avec musique).  Des rivalités feront éclatés le petit groupe formé avec Delaunay. Vexé, Kupka refuse de faire la promotion de ses recherches, s’isole et se détache des trois grands de l’époque : Kandinsky, Mondrian et Malevitch.  En 1913, Kupka écrit « la création dans les arts plastiques ».

vagabondageautourdesoi-anamorpha- 1912-wordpress-01.jpg
Anamorpha, fugue à deux couleurs – 1912

Fuyant la communauté de Montmartre (persuadé que ces peintres sont plus intéressés par l’argent que par la recherche pure), il s’installe à Puteaux avec Eugénie,  qui restera sa femme (1910) jusqu’à sa mort.  Leur pavillon est voisin de la famille Duchamp. Picabia appartient à ce groupe aussi.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010877Passionné par les sciences, Kupka s’interroge sur la notion Espace – Temps.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress- 1010829

vagabondageautourdesoi-les deux printemps cosmiques- 1913-wordpress-01.jpg
Les deux printemps cosmiques – 1913
vagabondageautourdesoi-lacathedrale- 1913-wordpress-01
La cathédrale- 1914

En 1914, Kupka s’engage malgré ses idées anarchistes et combat sur le front de la somme avec Blaise Cendars, qui le trouvait quand même un peu vieux.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010841
Lettre et carte postale à sa femme – 1914/1915

 En 1921, sa première exposition est organisée.

A la fin des années 20, Kupka peint une série avec des éléments figuratifs sur les machines que j’avoue n’avoir pas appréciée. Cette série, il n’a jamais voulue l’exposer. Mais, après, il peint des formes géométriques épurées.

vagabondageautourdesoi-les machines - 1927-1929-wordpress-01.jpg
Les machines- 1927-1928
vagabondageautourdesoi-laformedujaune- 1919 1923-wordpress-01.jpg
La forme du jaune – 1919/1923
vagabondageautourdesoi-Etudepourlaflute- 1920-wordpress-01
Étude pour la flute- 1920

Kupka rencontre Valdès qui deviendra son mécène. Après la seconde guerre mondiale, le premier directeur du jeune MoMA organise une exposition en 1936.

Très fragile, souffrant de dépression et d’un complexe de persécution et d’angoisses sévères, Vladès lui offre une rente.

vagabondageautourdesoi-laformedubleu- 1925-wordpress-01.jpg
La forme du bleu- 1925

En 1939, il apprend la mort de Valdès après qu’il soit arrêté et déporté.

vagabondageautourdesoi-laformedel'orange-1923-wordpress-01
La forme de l’orangé-1923

A la fin de la guerre, Kupka s’interroge sur « que peindre après l’holocauste? »

vagabondageautourdesoi-laformeduvermillon- 1933-wordpress-01.jpg
La forme du vermillon – 1933

A 75 ans, il reviendra dans sa Bohème natale pour leur offrir un tableau : personne ne l’attend. Il reprend le train, le soir seul.

vagabondageautourdesoi-kupkawordpress-01.jpg

De la génération des inventeurs de l’abstraction, Kupka est celui qui a vécu le plus vieux : Kandinsky et Mondrian sont morts en 1954 et Malevitch en 1935.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010905

Riche de quelques 300 œuvres, cette rétrospective offre un parcours chronologique et thématique à travers l’œuvre du peintre tchèque. Elle présente une nouvelle approche de deux courants majeurs des XIXe et XXe siècles, le symbolisme et l’abstraction, dont Kupka fut l’un des principaux précurseurs et acteurs.
Découvrez les peintures, dessins, gravures, manuscrits, journaux, livres illustrés, photographies et films et vivez une immersion totale dans l’univers coloré de František Kupka ! Grand Palais

L’exposition couvre la totalité de la création avec les œuvres les plus importantes. Après Paris, la rétrospective sera présentée à Prague puis à Helsinki l’an prochain.

vagabondageautourdesoi-kupka-wordpress-1010770

 

 

4 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. Je ne connaissais ce peintre que de nom et je découvre son oeuvre grâce à toi. L’exposition doit être très intéressante. Bonne journée

Un petit mot ...