Barbara – Philharmonie

Du 13 octobre 2017 au 28 janvier 2018

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-13

 

Visite le 10 janvier 2018. C’est avec ma Barbara préférée que nous avons visité cette exposition. Ce n’était pas la première fois que nous venions dans ce lieu et pourtant nous n’y avons pas encore été pour écouter un concert ni fréquenter le bar/restaurant « Le Balcon » au 6ème pour voir la vue époustouflante sur Paris. Une prochaine fois, certainement!

Resized_IMG_20180114_141822_878
larmonie Billet d’entrée offert à ma Barbara préférée

L’exposition retrace chronologiquement sa vie en présentant des détails sur son enfance, ses années belges, son amour pour Luc Simon, sa maison de Précy, l’attachement à son chat, ses laines et des éléments  de la femme publique qu’elle était  à la fois généreuse, mélancolique et adulée!

Le visiteur commence par suivre un couloir où il découvre Monique Serf, son errance et ses débuts de chanteuse.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-27

La scénographie de l’exposition relate la période des vaches maigres en Belgique, des  premiers cabarets, premiers cachets, le rôle de Denise Glazer, puis les différents spectacles : Bobino, Lily passion, Pantin au travers d’extraits de films, des photos, des brouillons de chansons ou spectacle, des lettres, des remerciements de tous ceux qu’elle a aidé et des points d’écoute assez nombreux.

Une salle montre des extraits du film Frantz, des interviews (Brel et Barbara), des duos dont celui avec Nougaro, etc.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-130622

 

La dernière salle est très réussie : elle permet aux visiteurs de redevenir spectateurs. vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-15Dans une salle obscurcie, une scène est reconstituée, le piano et le fauteuil à bascule sont présents, et des extraits de Pantin sont visionnés Des espaces permettent de s’asseoir. Permettre aux visiteurs de retrouver la magie de sa présence est une grande émotion.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress- 54.jpgA la fin, le livre d’or est remplacé par une multitude de télégrammes pour remercier l’artiste ou la femme qu’elle continue à être pour les visiteurs.

 

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-48.jpg
1930- 1997

Une femme qui chante sa vie

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-42

Monique  Serf  est devenue celle qu’on connait lorsque, après avoir assisté à un concert de Piaf, elle décide de devenir « Barbara », pas une chanteuse mais une femme qui chante sa vie.

« Je n’avais plus peur de rien. J’aurais traversé les murs, animée par le désir obsessionnel, par une certitude de chanter un jour ». 1949

De ces années d’enfance puis des années de fuites, durant la guerre, Barbara gardera la nécessité de toujours partir, sur les routes où sa Mercedes beige deviendra son chez elle, 300 jours sur 365, pouvant parcourir 500 km dans la nuit pour se rendre au matin dans le théâtre qui devait l’accueillir et se préparer pour sa rencontre avec le public du soir, coupée de toute autre forme de vie.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-23
1950

 

« C’est la scène qui m’apprend que j’ai un corps que je vais devoir écouter et regarder. Lentement, je reprends forme. »

 

Obligée de travailler à de petits boulots pour aider sa mère à vivre, c’est lors d’une fugue à Bruxelles qu’elle commence ses premiers cabarets. Elle connait la misère noire qui lui fait dire

« Si je n’avais pas chanté, j’aurai été bonne sœur ou putain. D’ailleurs, chanter ou se prostituer, c’est la même chose. »

index
1ère affiche – Bruxelles-1953

 «Je me sens seule, au bout du monde. Je commence à me sentir mal. (« ) Un soir, je descends dans la rue pour me prostituer. Ce n’est pas le malheur, le grand malheur; mais c’est un grand chagrin.» Il était un piano noir. Livre posthume des mémoires  de Barbara- 1998-

 

Mariée quelque temps,  elle commence à l’Ecluse, dès 1957.

Barbara chante du Brassens, du Jean-Roger Caussimon et du Brel avant qu’elle devienne elle-même auteur-compositeur, comme Anne Sylveste. Elles seront les premières femmes à créer des chansons qui parlent de leur vie. Barbara est la première à parler de sensualité, de ses amours et de ses objets de séduction, les hommes!

barbara_au_bois_de_boulogne_mars_1959_c_jean-pierre_leloir_0_0

En 1959, Denise Glazer, qui l’a remarquée au cabaret, l’invite pour la première fois dans son émission Discorama. Cette collaboration permet à Barbara de toucher le grand public et d’apparaître telle qu’elle est.

C’est aussi l’année de la mort de son père. La chanson « Nantes » touchera le public par la sincérité et la justesse qu’elle évoque. Écrite pendant 4 ans, on peut imaginer qu’elle fut sa manière de se reconstruire après l’inceste paternel qu’elle subit durant plusieurs années et  l’abandon qui a suivi, puisque ce père n’a pas donné de ses nouvelles pendant 10 ans. C’est  la veille de sa mort qu’il demande à la revoir,

« Un soir, à Tarbes, mon univers bascule dans l’horreur. J’ai 10 ans et demi. Les enfants se taisent parce qu’on refuse de les croire. Parce qu’on les soupçonne d’affabuler. Parce qu’ils ont honte et qu’ils se sentent coupables. Parce qu’ils ont peur. Parce qu’ils croient qu’ils sont les seuls au monde avec leur terrible secret. » Il était un piano noir. Livre posthume des mémoires de Barbara -1998.

Barbara a  essayé d’alerter la police mais le père n’a eu aucun mal à ramener la mineure à la maison. « Nantes, c’était la chanson message » révèle Boris Cyrulnik dans son livre La résilience (2003).

« Sûr, il m’a fallu un sacré goût de vivre, une sacrée envie d’être heureuse, une sacrée volonté d’atteindre le plaisir dans les bras d’un homme, pour me sentir un jour purifiée de tout, longtemps après ». Il était un piano noir. Livre posthume des mémoires de Barbara -1998.

C’est bien cette femme souffrante, combattive et vibrante que le public a reconnu ! La première fois qu’elle chante Nantes, le public l’ovationne et les rappels pleuvent!

manuscrit-nantes.jpgJe connaissais par cœur « Nantes ». Je l’écoutais en boucle. Elle me rappelait la douleur d’avoir perdu mon père beaucoup trop jeune. Barbara, c’était donc ça pour moi : une fontaine de larmes  qui me tombait dessus à chaque fois que je l’entendais.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-33

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-35

Gérard Depardieu a estimé dans Télérama (1) qu’elle n’en avait pas forcément souffert toute sa vie. « L’inceste a glissé sur elle dès qu’elle a commencé à chanter. Elle s’en est échappée. (…) Barbara était non seulement très joyeuse, mais elle avait en elle une force de vie formidable. Elle savait écouter, recevoir le malheur des gens, et ne se lamentait jamais sur son propre vécu. Avec Nantes, elle montre qu’elle a pardonné », explique Depardieu à propos de son amie. Dans ses mémoires, elle écrit d’ailleurs à son père : « Tu peux dormir tranquille, je m’en suis sortie puisque je chante. »

La diva

Elle est  à la fois la « longue dame brune » sur la scène et la tricoteuse dans sa Mercedes beige filant sur les routes de France.vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-25

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-34

A travers la présentation des costumes de scène, on découvre comment Barbara construit son personnage : A Bobino, Barbara troque sa jupe noire et son pull-over pour  une veste à velours côtelé  à grand col relevé  dégagé confectionné chez une « concierge couturière ». Suivra la longue jupe entravée de chez Cardin puis, sous les précieux conseils de sa costumière, le fameux pantalon large.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-47

Je me suis assise devant un piano parce-qu’on me disait toujours que j’étais trop grande pour chanter debout. Je ne savais jamais quoi faire de mes jambes, de mes bras. (…) Je me suis fait une protection. 1958

Un soir de 1960, à l’Écluse, Barbara rencontre Hubert Ballay dont elle tombe follement amoureuse. Pour suivre celui qui inspirera « Dis quand reviendras-tu? » elle part en Côte d’Ivoire, où elle chante au cabaret Le refuge. Plus tard, elle dira: « En acceptant de perdre H., je viens de prendre le voile inexorablement par cette beauté : la vie de femme qui chante. « 

Mes chansons, elles naissent avec la vie. (…) C’est uniquement des choses que j’ai vécues, qu’on a tous vécues.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-41

« Je ne peux pas et ne sais pas vivre l’habitude. »

  A propos de sa liaison avec Luc Simon qui dura quelques années, et qu’elle a rencontré lorsqu’elle était avec Hubert Ballay.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-26
Avec Luc Simon 1962
vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-36
Le voyage de Barbara- Carnet de bord de la tournée de 1969 Luc Simon

Ce carnet est présenté dans son intégralité pour la première fois au public.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress--49.jpg
Lettre de Barbara à Simon

vagabondage autourdesoi-barbara-wordpress-50

 

« A Bobino, le public est venu là, j’étais très étonnée, émerveillée, les choses se sont déclenchées en un soir (…) c’est ce soir-là que j’ai commencé à créer ma plus belle histoire d’amour c’est vous. »

Elle interprète seize titres : Toi, Une petite cantate, Madame, La solitude, A mourir pour mourir, Au bois de Saint-Amand, Parce que je t’aime, Les Rapaces, Göttingen, Si la photo est bonne, Au cœur de la nuit, A chaque fois, Pierre, Y’aura du monde, Ma plus belle histoire d’amour, Le Mal de vivre.

Tout en interprétant Ma plus belle histoire d’amour elle se lève de son piano en direction du public. Pour la première fois elle se libère de l’écran protecteur de son piano. Elle se dirige en chantant vers le bord de la scène. Barbara dédie cette chanson à son public pour le remercier de sa présence et uniquement pour lui, pour personne d’autre. Bien des années plus tard avec véhémence elle martèlera toujours que « jamais cette chanson ne fut écrite pour un homme mais pour son public ».

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-52.jpg

VAGABONDAGEAUTOURDESOI6BARBARA6WORDPRESS56.jpg

L’exposition explique comment la chanson « Gottinghen » est née. C’est une étudiante qui l’a jointe, a négocié sa venue et organisé le spectacle. Mais, rien ne se passe comme prévu, le piano ne peut entrer. Elle reviendra quelques années plus tard faire le concert prévu! On s’aperçoit par les échanges de courrier de la formidable capacité d’écoute de la chanteuse et son implication sociale. En 1964, elle débute ainsi le rapprochement franco-germanique avant l’heure! Pour les remercier de ce beau moment, elle leur offrira cette chanson.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-53

 

Barbara de Jacques Tournier 1968 – Collection Chansons d’aujourd’hui.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-57.jpg« C’est une femme qui ne vit pas sa vie. Elle se la raconte avec tant de force qu’elle finit par y croire et les autres autour d’elle. (…) Entrer en scène, pour elle, ce n’est pas faire un métier, c’est rejoindre sa vérité. « 

Sur le côté de sa malle de scène exposée, une feuille de papier scotchée où est écrit en gros :

J’ai peur mais

J’avance

J’ai peur

J’avance

J’ai peur

J’avance

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-18 - CopieFiasco total : la pièce « Madame », avec des décors de Luc Simon,  ne rencontrera pas le public, où Barbara interprétait une tenancière d’un bordel en Afrique, dans une pièce écrite pour elle par Remo Forlani.

Mais, la même année, en 1970,  sort le disque L’aigle noir, son plus grand succès. Numéro 1 des hit-parades.

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-38

Nous étions allés avec un couple d’amis la voir avant le spectacle qu’elle a monté à Pantin, soit certainement vers 1978/79 dans un théâtre de banlieue. Nous avions attendu presque une heure et demi avec une scène vide, son  piano et son fauteuil, dans le noir. Je suppose qu’elle ne pouvait rentrer en scène. Le public est passé de la joie, à l’impatience puis à l’exaspération. Je  n’en pouvais plus. Notre ami, admirateur au plus haut point, nous avait fait patienter en nous expliquant qu’elle était coutumière de ce genre de choses ou qu’elle pouvait refuser de chanter pour un piano mal accordé. Puis, enfin, elle est arrivée sur scène comme si de rien n’était, en longue diva de noir vêtue, sans rien dire! Elle a fait son récital, merveilleux! Puis, comme faisant l’amour avec son public, elle s’était laissé envahir par les applaudissements en prenant des pauses très suggestives comme s’étendant sur son piano, etc. Comme si elle se laissait envahir par chaque pore de son corps de cette amour « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous! ». Puis, elle  s’est éclipsée comme elle était venue sans dire un mot !

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-21

 

J’avais été outrée! Le mythe était tombé! Je pense que je n’ai plus jamais entendu Barbara de la même façon. J’ai continué à apprécier ses chansons mais je me suis éloignée de l’artiste!

 

barbara_78.JPG
Olympia 1978

Tout au long de sa vie, la chanteuse a fait de nombreux séjours en clinique pour notamment des cures de sommeil.

Vivre, je veux vivre avec la même violence que j’ai eu plusieurs fois à vouloir mourir sans vraiment mourir, à attendre la nuit pour m’y endormir bellement. Juin 1974

La vigilante

Dès les années 1980, les problèmes de cordes vocales vont commencer! Exactement à l’emplacement de la Philharmonie, Barbara conçoit son nouveau spectacle sous chapiteau de plus de 2000 places.

Pantin espoir, Pantin Bonheur

Oh, qu’est-ce que vous m’avez fait là?

Pantin qui rit, Pantin j’en pleure

Pantin, on recommencera

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-56.jpg

Gerard-Depardieu-et-Barbara-Une-histoire-d-amitie.jpgParallèlement, elle travaille avec Gérard Depardieu à un spectacle. Ce n’est qu’en 1886 que le spectacle sera montré puis la tournée où le nombre de représentations à travers toute la France est phénoménal! Barbara aimait aller rencontrer les personnes dans leur univers! VAGABONDAGEAUTOURDESOI6BARBARA6WORDPRESS6 57.jpg

 

Entre, elle se pose à Précy sur Marne où elle a acheté une maison. Cette maison devient son refuge. C’est là qu’elle compose et peaufine ses chansons inlassablement.Néanmoins, les tournées s’enchainent sans fin à un rythme incroyable, et cela presque jusqu’à la fin!

vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-32.jpgSes collaborateurs s’y retrouvent pour une heure, ou plus, voire une année comme son dernier musicien, François Weirtheimeur. Elle déserte la vie parisienne et ces diners. Elle révèle que sa  « trico-crochetomania » s’aggrave! vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-20

J’ai même envisagée de faire une tournée rien que dans les petites villes où je savais que l’on vendait une certaine marque de laine!

On découvre aussi des facettes moins connues de la chanteuse. Dès 1981, Barbara s’engage dans la lutte contre le Sida.  Barbara va secrètement chanter dans les prisons pour femmes, distribuant en précurseure des préservatifs pendant ses concerts,  ouvrant une ligne téléphonique pour parler avec les malades du SIDA, etc

C’est un combat de chaque jour de vigiler et d’essayer de passer dans sa vie le plus élégamment possible!

On s’apercevra de ses combats contre les injustices que bien plus tard!

En 1994 a lieu sa dernière tournée. Puis, elle arrête! Plusieurs projets seront en construction. Elle s’éteint le 24 novembre 1997. vagabondageautourdesoi-barbara-wordpress-44

vagabondageautourdesoi-brbara-wordpress-45.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires

  1. Bonsoir chère Matatoune pour ce magnifique billet sur Barbara. Je l’aimais bien l’écouter mais je ne connaissais pas toute sa vie. Merci.
    Mes amitiés

    • Merci beaucoup pour ce commentaire. Barbara reste une figure importante de la chanson française. Elle a su assumer ses démons et essayer de vivre libre! Un bien beau modèle de femmes ! Amicalement à toi Denise.

Laisser un commentaire