La dent du serpent

 

vagabondageatourdesoi-livre-wordpress-14

La Dent du serpent

Craig Johnson

Traduit par Sophie Aslanides

Editions Gallimeister

 

Toute cette affaire n’avait au départ l’air de rien : un gamin fugueur qui se réfugie dans un cabanon et se nourrit en se servant dans les placards d’une vieille dame. Mais quand le shérif Walt Longmire essaie de ramener Cord chez lui, il se retrouve face à une propriété gardée par des miradors qui abrite une communauté polygame. Et tout ce petit monde, orchestré par un patriarche habile et un homme de main au passé trouble, affirme ne rien savoir de l’adolescent. Le shérif s’engage alors avec son équipe dans une enquête très glissante dont ils ne ressortiront pas indemnes.

La Dent du serpent place le shérif du comté le moins peuplé de l’État de moins peuplé des États-Unis face au pire des adversaires qu’il ait jamais eu à affronter

Mon commentaire

En cette fin de printemps, mais avec des températures dignes d’un bel été, je commence le nouveau Craig Johnson.

Retrouvez cette institution américaine, où tant de choses changent au pays de l’Oncle Sam, qu’est le shérif Walt Longmire, mi-justicier, mi-politique, car il doit « brosser » dans le sens du poil ses concitoyens, mais aussi assurer leur sécurité ! Un régal. Surtout qu’il est accompagné de ses fidèles acolytes: Le premier, Henry Standing Bear, est dévoué et terriblement habile au maniement des armes. La seconde Vic, l’adjointe, est une pure sex-symbol torride et tellement efficace.

Et, puis, il y a les terres du Wyoming que je ne connais pas mais que j’aime imaginer!

Mais, là j’avoue avoir eu des difficultés à entrer dans l’histoire.

C’est un roman d’hommes, de vrais, avec des bagarres improbables, avec des armes que je ne connais pas, avec des échanges saignants pour rétablir l’ordre. Mais, c’est aussi des moments intimes où tout d’un coup, le récit caresse les personnages pour les décrire dans leurs ressentis avec beaucoup de talent. Et, du coup, on repose le livre fini et on attendra encore un an pour avoir le plaisir de se replonger dans ces histoires épiques mais qui nous semblent loin d’être que pure imagination!

 

vagabondageatourdesoi-livre-wordpress-11.jpg

 

vagabondageatourdesoi-livre-wordpress-13.jpg

L’auteur

vagabondageatourdesoi-livre-wordpress-15

Craig Johnson a grandi dans une petite ville du Midwest qui, malheureusement pour sa mère, était traversée par une voie ferrée. À l’âge de huit ans, il profite du fait que le train ralentit à chaque passage pour embarquer clandestinement. C’est sa première escapade dans le vaste monde qui s’achève lorsque son père, après avoir parcouru près de six cents kilomètres, vient le récupérer dans une gare de triage où le garnement a été repéré.

Après ses études, c’est chargé d’un sac de surplus de l’armée et d’un pistolet semi-automatique Colt que Craig se rend dans l’Ouest en auto-stop. Petit-fils de forgeron, il n’a pas de mal à se faire embaucher dans plusieurs ranchs du Montana et du Wyoming, et il fait même quelques incursions dans l’univers du rodéo. Il ne se débrouille pas trop mal aux épreuves de dressage, mais son lancer de lasso est assez minable.

Par la suite, il se balade pas mal à travers les États-Unis après l’obtention d’un doctorat d’études dramatiques, il devient pêcheur professionnel, chauffeur routier, charpentier ou cow-boy. Il enseigne également à l’université et fait un temps partie de la police de New York avant de se consacrer pleinement à l’écriture.

Son premier roman, Little Bird (The Cold Dish en VO), paraît en 2005 aux États-Unis. Il met en scène le shérif Walt Longmire et constitue le premier volet d’une saga qui compte à ce jour douze titres et fait régulièrement partie des listes de best-sellers aux États-Unis. Le douzième roman de la série y a été publié au printemps 2016.

La série Longmire, adaptation télévisée de l’univers de Craig Johnson, a connu un immense succès aux États-Unis. Elle est diffusée en France sur la chaîne D8.

Craig vit avec sa femme, Judy, au pied des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. Son ranch est situé à la confluence des rivières Clear Creek et Piney Creek, à la sortie de Ucross, population 25 habitants.

Il n’y a pas de voie ferrée. Sitographie de la maison d’édition.

babeliovagabondageatourdesoi-livre-wordpress-6 jpg.jpg

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s