Philippe Amar – Les trois vies de Suzana Baker

vagabondageautourdesoi.com

Découvrir le passé de sa mère alors qu’elle est déjà atteinte de la maladie d’Alzheimer c’est le sujet du dernier roman de Philippe Amar, Les trois vies de Suzana Baker.

Présentation

Vendredi 3 mai 2018, Laureen Moore reçoit ses résultats du test ADN offert par sa fille pour ses 50 ans. Pourquoi une telle démarche ?  Comme ça pour rire et pour identifier des cousins génétiques . Mais en fait, il n’y a pas de hasard. Car son résultat va mener la tranquille  professeur d’histoire contemporaine sur les pas de ses ancêtres au cœur de l’Europe de l’est mais aussi dans différentes villes de France.

Dans sa maison victorienne de la fin du XIXè siècle située près de Boston, La maison Bleue, Laureen Moore réunie la famille pour fêter l’anniversaire des 89 ans de Suzana, sa mère, pendant un week-end.  Elle est divorcée, mais Olivier, son ex, journaliste au Globe, est présent. Leur fille Emily ne manquerait pour rien au monde cet événement. Tess, sa meilleure amie, est là aussi avec son mari, médecin dans l’hôpital le plus réputé de la ville.

Jeudi 11 juillet 1940, Esther attend son mari avec sa fille sur le port de Marseille.

Le mardi 13 mai 1941, une autre histoire commence, celle de Frida.

Philippe Amar entremêle ces trois histoires pour permettre à son héroïne, Laureen, de se déconstruire par rapport à un passé fait de mensonges et de se recentrer autour de la recherche de ses origines. L’occasion pour l’auteur de raconter à hauteur d’enfants les persécutions anti-sémites, les rafles, les déportations en cours en France pendant la seconde guerre mondiale.

De plus, imbriquer trois histoires  permet de mettre à distance et d’être lucide pour l’analyse de cette politique de destruction massive dont la communauté juive a été victime. Mais, Les trois vies de Suzana Baker permet aussi à Philippe Amar de rendre un hommage aux nombreux « justes » qui par leurs contributions ont permis de sauver de nombreux enfants.

Les recherches de Laureen mettent en tension les autres chapitres en décrivant une enquête généalogique dans toute l’Europe. Un roman que j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir malgré le sujet sombre qu’il évoque.

Remerciements à @Netgalleyfrance et @EditionsFayard #LestroisviesdeSuzanaBake @philippeamar1

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Sa maladie avait fait un hold-up sur sa mémoire, mais ne lui volerait jamais son allure et sa belle gestuelle.

Nous, les Américains, étions tous des enfants et petits- enfants d’immigrants, nos origines étaient brassées depuis plusieurs générations, néanmoins le résultat de cette recherche génétique m’apparaissait absolument extravagant.

Et comme je relisais les conclusions du test, le néant s’empara de mon cerveau : je ne me reconnaissais plus. Un peu comme si j’avais vécu cinquante ans dans le corps d’une autre.

C’était le sentiment légitime d’une enfant, incapable de comprendre pourquoi les juifs avaient cédé aussi facilement à toutes les interdictions et obligations auxquelles on les soumettait.

Hannah connaissait le prix d’un Juif. Dans les cinq mille francs de l’époque.

A cet instant, j’avais envie de me sentir un peu juive. Je compris que c’était par culpabilité quand le train ralentit et que le panneau Krakow apparut. La culpabilité de ne pas avoir souffert. De ne jamais avoir été traitée de « sale juive ». Personne ne m’avait jamais traité de sale chrétienne.

Puis d’autres

Des noms sans dépouille. Sans stèle. Consigné, compactés dans un immense registre Comme dans les pages d’un cahier de comptabilité.

Malgré le poids du mensonge, j’avais compris. Ma mère ne m’avait pas menti. Elle avait voulu me protéger. M’épargner l’hérédité de ses traumatismes.Avec le courage de l’abnégation. Le courage de s’oublier.

Je devenais à cause de ce test imbécile porteuse de la mémoire d’une rescapée. Porteuse de l’horreur de l’horreur de cette période damnée. Porteuse de traumatismes que ma mère avait réussi à ne pas me transmettre.

Et comme je relisais les conclusions du test, le néant s’empara de mon cerveau : je ne me reconnaissais plus. Un peu comme si j’avais vécu cinquante ans dans le corps d’une autre.

 

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com
Un premier extrait
vagabondageautourdesoi.com
Puis un autre

Du côté des Critiques

 

D’autres blogs en parlent

 

Pour finir

Questions pratiques

Philippe Amar – Les trois vies de Suzana Baker

Éditeur : Mazarine Fayard

Twitter @EditionsFayard :et Instagram : @mazarine_editions

Parution : 17 mars 2021

EAN : 9782863748657

Lecture : Mars 2021

Littérature contemporaine

Chroniques littéraires

14 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. Ce livre devrait me plaire aussi et je note son titre. J’ignorais qu’un test ADN pouvait donner autant d’informations. Bonne journée

    • Oui, mais ils sont encore interdits en France même si les sites de généalogie anglo-saxon en vante les avantages

  2. ta chronique me donne vraiment envie de le lire!
    j’aime beaucoup les extraits et le thème bien sûr… Je n’avais pas osé le demander sur NetGalley vu mon retard mais je vais tenter quand même 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.