Derniers coups de ciseaux – Théâtre des Mathurins – Paris

« Derniers coups de ciseaux » est une pièce de théâtre dont l’action se situe dans un salon de coiffure. Un crime est commis au premier et la police en planque à la certitude que l’assassin est l’un des quatre comédiens présents.

La victime est la propriétaire de l’immeuble, pianiste professionnelle souhaitant un retour à la scène après des années de passage à vide. Elle est assassinée pendant la pièce avec des ciseaux … de coiffure !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vagabondageautourdesoi-dernierscoups-20190118--1024x576.jpeg.

L’intrigue est posée, reste à résoudre l’énigme ! Ce sont les spectateurs accompagnés par le capitaine de police qui vont chercher le mobile, découvrir le mode opératoire au travers de questions directes aux personnages et au cours d’une reconstitution qui permet à chacun de confronter ses observations et ses souvenirs.

Les suspects sont :

  • Le patron du salon de coiffure habillé en jaune citron d’un short ultra court et un tee-shirt de même couleur, homosexuel assumé en grande folle,
  • sa collègue, une bombe sexuelle hystérique et délurée au QI proche du haricot,
  • un client producteur bien sous tout rapport mais légèrement louche
  • une cliente habituelle des lieux, sorte de bourgeoise qui lit Télérama épouse d’un actionnaire de renom, qui doit s’envoler pour Berlin en fin d’après-midi en jet privé.
  • Tous sont des assassins potentiels. A la fin, un seul coupable est désigné à la majorité des spectateurs.

Le coupable varie à chaque fois. Du coup, les comédiens naviguent entre exercice imposé et improvisations selon les indications du public. Le procédé fonctionne si le capitaine – animateur- crée avec le public une complicité qui va lever les timidités, faire rire le plus grand nombre mais aussi résoudre l’enquête en donnant un coupable réaliste.

Le capitaine utilise avec le public du comique de répétitions, des jeux de mots, de la moquerie, de la dérision, et même devient de temps en temps outrancier ! Il sait malmener son public et le rire nait aussi de cela !

Ce soir-là, mon vote ne reflétait pas la majorité ! Tant pis ! J’ai admiré la réactivité du public, les qualités d’observations de certains spectateurs mais surtout, j’ai bien ri !

Cette pièce a vu le jour aux États-Unis dans les années soixante-dix. Devenue culte par sa longévité, elle a reçue un Molière en 2014 et depuis 7 ans est à l’affiche en France. C’est un psychologue allemand qui a écrit la pièce dans le cadre d’une étude sur les comportements de grou

Derniers coups de ciseaux – Théâtre des Mathurins

De Marylin Abrams, Bruce Jordan, d’après Paul Pörtner Mis en scène par Sébastien Azzopardi

Distribution :

Marie-France Santon la cliente
Aurélie Konaté, la collègue du patron.
Stéphane Marais, l’autre flic.
François Raison, l’autre client.
Jean-Marie Rollin, le coiffeur.
Olivier Solivérès, le capitaine.

Molière de la Comédie 2014

Olivier Soliverès

Olivier Solivérès, Tu joues le capitaine de DERNIER COUP DE CISEAUX depuis 6 ans, on ne se lasse pas ?

[OS] : C’est tellement interactif, je suis tellement content de retrouver le public et d’être sur scène, que pour le moment, je n’ai jamais cessé d’être heureux de jouer ce capitaine. J’aime la dimension de partage et d’improvisation. Je descends dans la salle quand je veux. J’adore provoquer l’imprévu. C’est une récréation. Ce qui m’éclate le plus, c’est les gens. Le jour où je m’ennuierai, je ferai autre chose. Interview

6 commentaires

  1. Vu en novembre, c’est une excellente pièce, j’avais beaucoup apprécié le talent d’improvisation des acteurs, qui étaient les mêmes que lors de votre spectacle, sauf le policier menant l’enquête. Un très bon moment de détente!

Un petit mot ...