Auteurs commençant par S

Auteurs commençant par S

Auteurs commençant par S dans la catégorie littérature contemporaine

Leïla Slimani – Regardez-nous danser

Le pays des autres 2

vagabondageautourdesoi.com - Leila Slimani - Deuxième volet de la trilogie de Leïla Slimani, Regardez-nous danser raconte la construction de la nation Maroc à partir de l’histoire de la famille d’Amine et de Mathilde à Meknès de 1968 à 1974. Inspirée par l’histoire de sa famille, la lauréate du Prix Goncourt a choisi de construire sa saga autour de dates significatives. A peu près dix ans pour raconter Le pays des autres premier volet avec l’exil de Mathilde, débarquée de son Alsace natale, et les efforts d’Amine pour transformer une terre aride en exploitation fruitière.

Regardez-nous danser s’ouvre sur la destruction du jardin de fleurs de Mathilde pour construire sa piscine, enfin accordée par son mari, et sur la réussite de ce couple qui les place juste à côté des français restés après la décolonisation. Douze ans après l’indépendance, ils singent leurs fêtes sans jamais vraiment en faire complétement partie. Mais la génération suivante celle de Regardez-nous danser veut croire que tout est possible. Elle cherche une âme à cette nation qui nait et qui investit un chemin à débroussailler, différent de ceux de leurs parents. Pourtant c’est aussi dans l’exil que chacun construis sa réalité. Aîcha, la fille aînée, s’exile en Alsace pour apprendre la médecine, où elle reste l’africaine pour les bons petits français.  Selim, son jeune frère, est l’éternel ombre d’une sœur trop parfaite. Il doit trouver son chemin entre respect des traditions et bouleversement par la nouveauté. Et, il y a Mehdi, garçon pauvre qui se persuade que sa bonne étoile le conduira au bord du pouvoir et dont le rêve est en fait d’écrire. La suite ici

Delphine Saubaber La fille de la grêle

vagabondageautourdesoi.com -Delphine Saubaber Delphine Saubaber signe le roman, La fille de la grêle, sensible et bouleversant, sur une femme âgée qui décide de livrer à sa fille bien aimée l’histoire de son enfance, cachée depuis toujours derrière son masque social. Mais, ce roman aborde aussi le suicide médicalement assisté, acte décrit ici comme une ultime liberté de sa vie.

Dans cette unique lettre à sa fille, Adèle, Marie raconte ses années d’enfant dans la ferme familiale auprès de Joseph et Madeleine, ses parents, qu’elle a toujours vu travailler pour survivre. Métayer d’une terre qui appartient aux Soubiran, Marie va comprendre très vite qu’il ne suffit pas de travailler pour pouvoir vivre, mais que le travail est indispensable à la liberté qu’il apporte. La lecture qui l’accompagne jusqu’au bout de sa vie, elle la découvre chez les propriétaires. Elle fait aussi avec eux l’apprentissage de la différence sociale qu’elle s’acharnera toute sa vie à combler.

Delphine Saubaber décrit cette vie simple soumise complétement aux aléas de la nature que Marie parcourt avec son frère Julien, deux ans plus jeune, plus libre et plus ébahi qu’elle. Elle va se comporter avec lui comme la grande sœur aimante et protectrice, image qui la rassure, mais que dément son secret. Comme la grêle qui va ravager une année de labeur et plonger la famille dans la pauvreté, la violence s’installe au cœur d’une maison où la cheminée ne fait chauffer qu’un bouillon clair. La suite ici

Évelyne Sellés-Fischer – Le figuier stérile

vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer Évelyne Sellés-Fischer propose avec Le figuier stérile une dystopie sur une société où l’infertilité menace l’espèce humaine. Et ce roman ne se situe pas dans un futur éloigné mais tout proche de nous, dans la seconde moitié des années 2000. Ses personnages nous ressemblent dans leurs recherches de solution pour assouvir ce désir d’enfant menacé.

Le fil rouge de ce roman est un couple. Nicolas et la narratrice souhaitent avoir un enfant vers les années 2080. L’infertilité de l’un va conduire le couple vers le dédale des procédés substitutifs pour réaliser ce désir d’enfant devenu au fil du temps obsédant et même obnubilant.

Le figuier stérile est aussi l’occasion pour Évelyne Sellés-Fischer de s’interroger sur le monde d’aujourd’hui et son évolution supposée. En chapitres courts, l’écrivaine brosse le parcours du combattant de la population occidentale confrontée à une infertilité grandissante. Tout est alors envisagé par les pays concernés pour pallier ce fléau qui fait redouter la fin de plus en plus proche de l’espèce humaine. La suite ici

Isabelle Sorente-La femme et l’oiseau -Prix de la Feuille d’Or 2021

vagabondageautourdesoi.com Isabelle Sorente La femme et l’oiseau est le dernier roman de Isabelle Sorente sur les Malgré nous, ces soldats alsaciens oubliés de l’histoire enrôlés  dans une armée qu’il détestaient, souvent faits prisonniers, comme ceux envoyés au camp 188 de Tambov, situé à cinq cents kilomètres de Moscou.
J’avais découvert le talent d’écriture d’Isabelle Sorente l’an dernier avec Le complexe de la sorcière. Ce roman-ci relève à la fois du devoir de mémoire mais raconte aussi la transmission entre générations, des réflexions sur la vie, la liberté, la culpabilité mais aussi la méditation et la fusion avec la nature.

Vina, élève de quatorze ans, se fait exclure de son collège après un acte de violence. Sa mère, Élisabeth, profite pour revenir auprès de son grand oncle Thomas qu’elle n’a pas vu depuis si longtemps. Elle adorait s’asseoir enfant auprès de lui dans la forêt proche à observer arbres et oiseaux.

Sans vraiment s’en rendre compte, Élisabeth est proche du Burn-out et a besoin de réduire son rythme de travail de chef d’entreprise de sa société de films documentaires. Elle doit  s’interroger sur le sens qu’elle veut donner au reste de sa vie.

Autour de Vina, Élisabeth et Thomas, il y a Mona, l’aide à domicile de Thomas, qui est là pour veiller au confort de chacun, à leur bien-être et à leur sécurité. Car, Thomas est nonagénaire, mais gardant bon pied, bon œil dans son quotidien.

Isabelle Sorente relie ces trois générations pour que tous apprennent de l’autre pendant les quinze jours de « vacance » que chacun va s’accorder dans son quotidien. Mais surtout, elle décrit concrètement les liens d’affection et de tendresse qui les attachent au delà des liens familiaux habituels et qui va permettre à chacun de grandir à la fois sur le chemin de la connaissance de soi, mais aussi sur l’apaisement de leur douleur enfouie. La suite ici

Guillaume Sire – Les Contreforts

Pour ces mois d’automne, Guillaume Sire s’immerge avec Les Contreforts au cœur de son pays natal là où la nature explose de senteurs entêtantes, d’une faune décomplexée et omniprésente en proposant une épopée en cinq actes sur la fin d’un monde.

Pierre de Testasecca est un jeune adolescent égaré au milieu de sa famille qui vit dans un  château situé sur le mont Montahut à vingt kilomètres au sud-est de Carcassonne au milieu des contreforts des Corbières, inspiré du Château de Montrafet. Dans cette famille, Clémence, sa grande-sœur, moins de dix-huit, est son ancre, sa balise anti-naufrage au milieu de ce monde en déliquescence et représente « un voilier en suspension à un ou deux mètres au-dessus de la mer, mer trouble, noire, brutale ».

Pierre chasse le perdreau à la croule c’est à dire au chant du mâle en rut qui suit sa future épousée. Dans ce monde, les hordes de chevreuils descendent vers l’Espagne en suivant les cours d’eau. Seulement, ils détruisent tout sur leur passage, comme la petite entreprise familiale, Le Chaudron aux fraises. Même le garde-chasse, Arnould, se fait tirer l’oreille pour intervenir ! La suite ici

Agnès Signani – Les Trois Filles de l’Instit

Axel Sénéquier – Le bruit du rêve contre la vitre

Nuits d’été à Brooklyn – Colombe Schneck

Le pays des autres – Leïla Slimani

Le complexe de la sorcière – Isabelle Sorente

Histoire d’Adriàn Silencio

Le petit terroriste – Omar Youssef Souleimane

En lieu sûr – Wallace STEGNER

Auteurs commençant par S dans la catégorie romans policiers

Cédric Sire – La saignée

vagabondageautourdesoi.com Cédric Sire Surtout ne pas penser que le titre La Saignée de Cédric Sire ne raconte qu’un pâle polar juste légèrement sanglant. La violence y est omniprésente. Elle casse les codes de nos représentations. C’est terrible et pourtant, je vous l’assure, ça finit plutôt bien ! Ça aurait pu être pire !

Ici, les flics ont des failles plus ou moins profondes et leurs comportements y sont aliénés au point de ne plus savoir qui fait bien ou non ! Les personnages qui sont au cœur de cet étau qui ne cesse de se refermer, irrémédiablement, vont placer le lecteur dans des abîmes de réflexions.  Car le bien ne triomphe pas forcément du mal, chez tous les personnages de Cédric Sire !

Elle est sympathique cette Estel Rochand, ex gardien de la paix, convertit en agent de sécurité. Actuellement, elle protège un patron de boîte de nuit, trempant dans à peu près tous les trafics, proxénètes peut-être, dealer surement. Elle a quitté la police après une bavure. Au cours d’une interpellation, elle tue la victime ! La suite ici

Du poison dans la tête – Jacques Saussey

Auteurs commençant par S dans la catégorie essais

Les frontières du Douanier Rousseau

vagabondageautourdesoi.com - Les frontières du Douanier Rousseau - Attirée par la vie de Henri Rousseau dit Douanier Rousseau (1844-1910) que je connaissais très peu, j’ai été contente de recevoir par Babelio et sa Masse Critique cette bande dessinée en échange d’une chronique.

Les frontières du Douanier Rousseau raconte une journée du procès que le peintre a vécu à la fin de sa vie après quelques jours d’emprisonnement. Accusé de vol, escroqueries et abus de confiance, Mathieu Siam et Thibaut Lambert choisissent de nous présenter un vieil homme de soixante-quatre ans, usé, complétement déphasé ne comprenant rien à ce qu’on lui reproche. Le procès est représenté avec une absence de couleurs autour de bulle avec des nuances de marron, blanc et noir.

En faisant intervenir le témoignage de quatre personnes, le passé du Douanier Rousseau est évoqué. Tout d’abord, ce sont ces activités de douanier à l’Octroi qu’ils racontent. La personnalité du Douanier Rousseau est décrite comme naïve, rêveuse et décalée. Et pourtant, son ami reconnait son influence dans le groupe d’amis en amenant la beauté. Une formidable double page évoque la luxuriance du Mexique, en guerre avec la France, par le dessin de la serre du jardin des plantes où le talent de l’artiste semble être recréer. La suite ici

Axel Sénéquier – Qui a tué Cloves ?

vagabondageautourdesoi.com - Axel Sénéquier « Qui a tué Cloves ? «  n’est pas un polar écrit par Axel Sénéquier mais le récit, tout aussi haletant, d’une recherche scientifique qui, en seulement six ans, a trouvé la possibilité de soigner, et donc d’alléger la souffrance de patients, en France et à travers le monde.

C’est le récit d’une formidable aventure du XXIè siècle. En 2018, une découverte va changer complétement la vie de malades. Oh, bien sûr, après celle en moins d’un an, des vaccins contre la Covid, peut-être est-on un peu blasé !  Car cette maladie dite de Cloves ne concerne que seulement ( ! ) 30 000 patients en France.

La maladie de Cloves est une maladie rare, très peu de patients sont atteints (une sur 2000 en France) et aussi dite orpheline, car les médicaments donnés ne sont pas curatifs mais palliatifs. Les symptômes de cette maladie sont des excroissances internes ou externes développées sur l’ensemble du corps accompagnées de douleurs intenses et souvent  d’une scoliose invalidante.

Appelée aussi maladie d’Éléphant Man (titre du film de David Lynch, sorti en 1980), les malades adolescents et adultes compensent souvent par des compétences intellectuelles certaines, contrebalançant ainsi leurs difficultés sociales qu’il est aisé d’imaginer.

En 2018, Guillaume Canaud, médecin et chercheur, est le « découvreur ». Il exerce à l’hôpital Necker-Enfants malades, seul hôpital de France à conserver cette spécificité. Avec son équipe, il découvre qu’une molécule d’un médicament, non encore commercialisé, pourrait aider à soulager la maladie. La suite ici

Anne Sinclair – Passé composé

vagabondageautourdesoi.com Passé composé écrit par Anne Sinclair raconte ses mémoires à la fois professionnelles et privées, du moins, comme elle l’explique, dans le prologue, avec sincérité et justesse et non exhaustivité. En effet, il ne s’agit nullement de sombrer dans les révélations que le buzz médiatique actuel recherche à tous prix, mais de raconter le destin hors-norme d’une femme hors du commun !

Issue de la haute bourgeoisie progressive du 16ème arrondissement de Paris, Anne Sinclair décrit une jeunesse dorée, choyée et même adulée notamment par un père qui la surnomme Toute-Petite. Pendant son adolescence, elle croise Véronique Samson ou Jacques Chaban-Delmas et tant d’autres, entre New-York et Cannes en passant, évidemment, par Paris. La suite ici

Jocelyne Sauvard – Céleste et Marcel, un amour de Proust

vagabondageautourdesoi.comAvec Céleste et Marcel, un amour de Proust, Jocelyne Sauvard raconte un peu plus de quatre années de vie presque commune entre un écrivain fou de sa nécessité d’écrire et une jeune femme, sa gouvernante, dévouée au point de mettre toute sa vie personnelle à son service.

Odilon menait Proust dans les rues de Paris. Un jour, il lui propose les services de sa jeune femme, Céleste, d’abord comme courrière. Du coup, en charge à la fois de porter courriers, invitations et billets doux, elle ramène Paris à Monsieur. Jocelyne Sauvard choisit de raconter ce huit-clos des quatre dernières années de la vie personnelle de l’écrivain où Céleste est devenue bien plus qu’une servante..La suite ici

Télérama

Classement par auteurs

Chroniques littéraires