Comme une amie de ma jeunesse

France Gall                                       9 octobre 1947  – 7 janvier 2018

Les chansons, ce sont nos « Madeleines » populaires. Il suffit qu’un air passe dans nos oreilles, en voiture par exemple, et d’un coup, le tableau magique s’anime ! Fini les soucis et toutes ces choses du quotidien ! Comme par enchantement, on chantonne presque sans s’en apercevoir. L’espace temps se dissout et les émotions sont de nouveau là, intactes ! Elle vont agir comme des bulles de parfum et la machine à remonter le temps se met en marche …

19 ans. Nous sommes à l’été 1974. Depuis un an, je suis partie de chez moi, après l’obtention de mon Bac. Pour avoir mon indépendance, je n’ai pas suivi la fac comme j’y étais inscrite.  Ma tante m’a trouvé une place de monitrice d’internat dans le 15ème près de Convention. Je travaille chez les bonnes sœurs. J’ai commencé à fumer le soir dans la solitude de ma chambre! Ce sont mes premières vacances d’été de fille indépendante. Je rejoins ma meilleure amie dans une maison que ses parents ont loué à Pourrain, en Bourgogne. C’est une maison qui appartient à France Gall. Elle n’y habite plus puisqu’elle vit avec Julien Clerc à la Métairie Bruyère, à Parly. J’apprendrais plus tard que c’est l’année de leur séparation!

vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-125.jpg

La maison est simplement meublée. Je me souviens d’une cuisine ouverte sur une grande salle avec des poutres apparentes et un grand piano. De là, on part pour la première fois avec sa voiture et sa cousine. Son père nous met au défi d’aller dîner chez Les Trois Gros à Roanne. Il ne nous en croit pas capable.  Il se moque. J’ai sorti ma jupe longue en jean boutonnée devant et mon tee-shirt tous froissés de mon sac à dos. On s’est habillée dans les toilettes du camping. Et, on y est allé! On n’a pas pris d’alcool, on n’en avait pas besoin.  Après, on était ivre de fierté ! Derrière chacune d’entre nous, un serviteur différent pour nous remplir notre verre d’eau au fur et à mesure. Puis, Cathédrale de Vézelay et le mont Lozère à pied.

vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-13.jpg

France Gall vient de rencontrer l’amour de sa vie et celui qui saura composer les succès qu’elle attendait depuis si longtemps.

vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-142.jpg

20 ans. C’est difficile d’être adulte.  J’attends le prince charmant!

21 ans. Je reviens des USA. Mélancolie.

22 ans. Je l’ai rencontré. C’est pas facile! Il ne comprend pas que c’est Lui!

23 ans. On commence à être vraiment ensemble.

25 ans, je me sens aimée. Je n’en ai pas conscience mais je suis belle.Je crois en la vie ! Rien ne peut m’arrêter!

26 ans. Je n’arrête pas de découvrir. J’en ai plein les mirettes!
Si on t’organise une vie bien dirigée
Où tu t’oublieras vite
Si on te fait danser sur une musique sans âme
Comme un amour qu’on quitte
Si tu réalises que la vie n’est pas là
Que le matin tu te lèves sans savoir où tu vas
Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Tant de libertés pour si peu de bonheur
Est-ce que ça vaut la peine?
Si on veut t’amener à renier tes erreurs
C’est pas pour ça qu’on t’aime, non
Si tu réalises que l’amour n’est pas là
Que le soir tu te couches
Sans aucun rêve en toi
Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Yeah, yeah, yeah, résiste
pour le début du monde
(Danse) pour tous ceux qui ont peur
(Danse) pour les milliers de cœurs
Qui ont droit au bonheur
Résiste
Résiste
Résiste
Résiste
Résiste
Yeah, yeah, prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Résiste
Yeah, yeah, yeah, résiste
Paroliers : Michel Berger
Paroles de Résiste © Universal Music Publishing Group 1981
26 ans, encore, France Gall fait son Palais des Sports en octobre 1981. On est dans la salle avec mon beau-frère. N’y tenant plus, avant les dernières chansons, il ira, comme une vraie groupie, danser près de la scène en tenant son briquet allumé!
vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-124vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-123
29 ans. Je ne pensais pas être capable d’avoir un enfant. J’en reste encore tout étonnée.
Diego- 1984
vagabondageautourdesoi-gall-worpress-145.jpg
31 ans . Les premiers nuages apparaissent. Balavoine, l’ami de leur couple décède.
vagabondageautourdesoi-gall-worcpress-146Evidemment -1986-
Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les accords…
32 ans – 1987 – Babacarvagabondageautourdesoi-gall-wordpress-154.jpg
J’ai ton cœur qui tape
Qui cogne dans mon corps et dans ma tête
J’ai des images qui s’entêtent.
J’ai des ondes de chaleur et comme des cris de douleur (…)
Babacar
Ou es-tu
37 ans- Déjà une famille. On s’installe à l’été – Sortie de Double jeu. Premier album de leurs duos. Mais crise cardiaque de Michel Berger. 1992-
Laissez passer les rêves
Celui de Jacky Chang, celui de Luther King.
Que le matin se lève
Sur un tout nouveau monde comme on l’imagine.
Plus on avance, plus il nous faut d’espace
À force de manquer d’air
Il nous faut le paradis pour oublier l’enfer.
« C’était très agréable de partir ensemble de la maison, d’aller au Zénith répéter ensemble, de créer ensemble. C’est vrai qu’à deux, on est plus fort. On était une vraie force, tous les deux.« 
42 ans. Difficile- 1997- Décès de sa fille –

SILENCE

vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-54360 ans. Dans quelques mois, la retraite! Déjà…Si vite! 2015, le spectacle Résiste est monté. Palais des Sports de nouveau. Billets remboursés car annulation- Cause Bataclan (Voir article). Spectacle au Jour de l’an. Elle apparait avec une petite fille et salue à la fin du spectacle avec la troupe.
Tous mes amis sont partis
Mon cœur a déménagé
Mes vacances see’est toujours Paris
Mes projets see’est continuer
Mes amours see’est inventer
Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi
Et le temps défile comme un train
Et moi je suis à la fenêtre
Je suis si peu habile que demain
Le bonheur passera peut-être
Sans que je sache le reconnaître
Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi
Mon cœur est confortable, bien au chaud
Et je laisse passer le vent
Mes envies s’éteignent, je leur tourne le dos

Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon cœur aussi.

vagabondageautourdesoi-gall-wordpress-156

 

2015