Julia Minkowski-Par delà l’attente

RENTRÉE LITTÉRAIRE

vagabondageautourdesoi;com - Julia MinkowskiJulia Minkowski, avocate, propose pour son premier roman une plongée dans la justice des années 30 en l’immergeant plus particulièrement au cours de l’attente du délibéré des jurés du procès des Sœurs Papin.

Même si le procès est très connu. que le défenseur des accusées soit une femme, Maître Germaine Brière, l’est beaucoup moins !  Maître Julia Minkowski présente le portrait de sa première consœur, avocate pénaliste rattachée au tribunal du Mans.

Détonnant et téméraire, ce portrait aborde, en autres, la condition féminine de l’époque, le combat pour se faire respecter en montrant la particularité de son statut.

Brins d’histoire

Christine et Léa Papin sont accusées du double meurtre de leur patronne, Rinjard Léonie, épouse Lancelin, et sa fille, Geneviève, âgée d’à peine trente ans le au Mans. De nombreux commentateurs ont essayé de comprendre ce qui s’était passé ! Un fer à repasser lancé sous un coup de colère ou une préméditation froide et brutale ? Car, les enquêteurs ne purent que constater le massacre : énucléation, bouillie sanglante à l’aide d’un couteau et d’un marteau, etc.

Durant les quarante minutes de délibération, assez court en fait, Julia Minkowski raconte le procès en reprenant les circonstances des meurtres, les mutilations constatées, les différents points de l’enquête, les interventions des parties civiles, les rapports d’expertise, etc.

Par delà l’attente est une vraie étude de droit mais avec la légèreté du roman. Car la particularité de ce nouveau récit, c’est le regard d’assistante de justice que porte l’écrivaine sur le travail de sa consœur, Maître Brière, mais aussi sur son parcours, son vécu, ses peurs et ses attentes.

Chargée d’assurer la défense de Christine,  Germaine Brière est la première avocate qui assista aussi à l’exécution d’un client. Crime social, crise de folie, légitime défense face à des violences psychologiques, Julia Minkowski pose les éléments. Au lecteur, comme un juré, de se faire son intime conviction !

En résumé,

En donnant consistance à cette professionnelle, complétement méconnue, Julia Minkowski dresse le portrait d’une femme téméraire et novatrice qui essaye dans son métier, mais aussi dans sa vie privée, de conquérir son indépendance. Une plongée, dans le féminisme des années trente en France et au cœur d’une cours de justice, très intéressante  !

Remerciements

@editionsLattes et @NetGalleyFrance pour #Pardeladelattente de #JuliaMinkowski

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Deux meurtrières +deux meurtres = 4 femmes au bout de l’équation. Pour juger les unes et rendre justice aux autres, des hommes.

L’aideraient-elles à faire face à cette justice qui n’avait de féminin que le déterminant?

Historienne de l’art, femme libre qui n’avait pas hésité à divorcer pour épouser Joseph Caillaux en seconde noces, elle symbolisait la femme du futur, que Ernestine rêve d’être et, surtout, celle que sa fille unique, Germaine, était destinée à devenir.

La frustration sexuelle excusait-elle la bestialité des services immondes qu’elles avaient administré au corps de Madame et Mademoiselle Lancelin ?

Ce qui les intéresse, c’est leur condition de domestiques. Et ils les réduisent à ça. Comme si une bonne ou une autre, c’était du pareil au même. Ils ne s’attardent pas sur leur histoire individuelle.

Elle puisait dans la colère qui ne la lâchait plus une puissance d’indignation qu’elle mettait au service de la défense.

Et encore

Tous avaient peur. Non pas des sœurs Papin. bien au froid dans leurs étroites cellules de la prison des femmes, mais de leurs propres domestiques. Cette affaire avait révélé aux Nantis que leur pire ennemi logeait dans leur demeure.

Toutefois, l’efficacité de l’avocat ne tenait pas au panache, mais à la lucidité. Et à l’humilité.

Le bâtonnier Simon devait se retourner dans sa tombe. Il était mort à dimanche, étouffé par un morceau de gigot avaler de travers dans une brasserie, deux ans après avoir exigé, devant la cour d’appel d’Angers, que Germaine produise un certificat de virginité pour prouver sa bonne moralité.

La machine bourgeoise était en marche pour venger un de ses membres, et ces derniers n’hésiteraient devant aucun moyen, quitte à bafouer leur ferment, pour parvenir à leur fin Les notables étaient mobilisés, solidaire dans l’adversité.

Depuis le tournant des années 1930, les faits divers devenaient jour après jour plus sanglants, chaque assassin cherchant à surpasser son prédécesseur. Chaque criminel semblait donner de l’élan au suivant. Un vrai jeu de courte échelle.

Mais, à force d’attentes, n’avait-elle pas épuisé toute espérance ?

Avaient-ils conscience du pouvoir que la justice leur avait conféré on les désignant comme départiteurs du fou et du saint d’esprit? Le premier à l’asile, l’autre au bagne, voire à la guillotine. Pas de demi-mesure, pas de demi fou ni de demi-sain.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com
Incipit : Le début de la plaidoirie de Maître Brière
vagabondageautourdesoi.com - Julia Minkowski
Puis un autre extrait
vagabondageautourdesoi.com - Julia Minkowski
Puis un dernier

Du côté des autres blogs

La lecture du dimancheMéditations- Contes –

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Julia Minkowski

Julia Minkowski-Par delà l’attente

Instagram : @julminko

Éditeur : JC Lattès

Twitter :@editionsLattes  Instagram :  @editionslattes

Facebook

Parution : 24 août 2022

EAN : 9782709669429

Lecture : Août 2022

Littérature contemporaine

Littérature générale

Auteurs commençant par M

Chroniques littéraires

20 commentaires

  1. pas trop tentée, j’aime bien les enquêtes criminelles, mais celle-ci ne m’attire pas peut-être parce que j’ai déjà vu des documentaires, films sur les sœurs Papin 🙂

    • C’est un roman intéressant pour le portrait dressé de cette première avocate pénaliste qui a défendu Christine Papin, l’aînée. Car, je crois que personne ne connaissait son histoire avant ce premier roman. De plus, elle y ajoute sa touche de professionnelle, ce qui est un peu inhabituelle !

    • Moi j’ai trouvé son écriture très maitrisée et son sujet, bien traité !

  2. Il y avait eu un film intéressant sur cette affaire des soeurs Papin, avec Sylvie Testud dans le rôle principal. J’avais bien aimé. La pièce de Jean Genet est très bien aussi. Par contre, je ne connaissais pas l’histoire de cette avocate. Les extraits me plaisent beaucoup !

    • Je crois que personne ne savait pour l’avocate. C’est la « révélation » de ce roman ! Mais aussi, Julia Minkowski raconte la condition de cette femme, ce qu’elle a été obligée de faire pour être acceptée en tant qu’avocate ! Vraiment à découvrir 🙂

  3. Encore un livre de cette rentrée que j’ai très envie de lire. J’ai un problème avec ton blog, je ne peux plus mettre de commentaires depuis le téléphone pour une raison que j’ignore, mais heureusement je peux lire tes chroniques et je réagis quand je suis sur l’ordi, ce qui n’est pas quotidien.

    • Je ne comprends pas cette différence. Mais t’inquiète. Je te suis reconnaissante de ta fidélité. Regarde sur NG il doit encore y être. En tout cas, c’est tout neuf comme vision : mettre son expérience d’avocat pénaliste au service de la fiction! Bon premier roman 🙂

    • Oui, c’est vraiment un angle neuf que l’écrivaine donne à cette affaire qui a fait les unes de tous les journaux ! Jamais, on a su que le défenseur était une femme, qui plus est la première pénaliste !

    • J’ai trouvé que la façon de recréer l’ambiance mais surtout le combat d’une femme pour devenir avocate est très bien rendu; Comme quoi, l’histoire passée n’avait retenu que les crimes mais pas cette avancée majeure pour la condition des femmes. Bonne soirée !

Répondre à Matatoune Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.