Jérémie Dres – Nous n’irons…

 Nous n’irons pas voir Auschwitz

vagabondageautourdesoi.com - Jérémie Dres - J’ai découvert Jérémie Dres avec son nouveau roman graphique qui sortira courant août pour cette rentrée littéraire 2022. En regardant ce qu’il avait déjà dessiner, j’ai trouvé celui-ci qui, par son titre, Nous n’irons pas voir Auschwitz m’a agréablement attirée.

La grand-mère de Jérémie Dres vient dé décéder et l’idée de retrouver son pays d’origine, la Pologne juive, devient indispensable.Alors, il se dégage une semaine dans son emploi du temps, organise son road-trip avec un certain nombre de rendez-vous, notamment avec des jeunes de sa génération.

Jérémie Dres raconte ses découvertes, ses rencontres qui lui permettent, de retrouver un peu de ses racines. Du coup son frère décide de le rejoindre pour partager son périple.

Dommage que le dessinateur ne s’autorise pas plus d’émotion, plus intimité avec le lecteur. Du coup, malgré un dessin net et vivant, en noir et blanc, je suis un peu restée à la marge, comme une spectatrice-lectrice.

Pas si facile de parler de soi dans un roman graphique ! Surtout lorsque c’est son premier ! Parler ainsi de ce qui fonde son identité, sa personnalité en se dessinant en action, semble être difficile pour Jérémie Dres. Lorsqu’il se dessine, dans sa chambre d’hôtel au moment où souvent les pensées refont le film inverse du vécu du jour et où la réflexion se pare de ressentis, la pudeur des mots vient masquer ce que le dessin ne transmet pas non plus !

Jérémie Dres n’a pas choisi la facilité avec ce premier roman graphique. Comme une nécessité, ce récit l’amène vers le pays de sa grand-mère à l’origine du passé de sa famille et du renouveau d’une communauté. Quelque chose me dit qu’il n’en restera pas là !

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Et nous n’y sommes pas allés. Qu’est-ce que ça change ? Nous aurions perpétué, une fois de plus, ce cauchemar qui nous a toujours hantés.

Ma mamie est une goutte d’eau pure échappée d’une source, disparue là-bas.

Auschwitz, cinq années d’anéantissement pour plus de mille ans de vie et d’histoire du peuple juif.

Auschwitz un traumatisme encore si présent il ferait oublier tout le reste. C’est le reste que je suis allé chercher en Pologne.

Que ce voyage ne soit pas qu’une expérience personnelle, qu’il témoigne de devenir de tout un peuple..
… de la vie d’avant et de la vie d’après, au fil de nos recherches sur la famille.

La situation est vraiment compliquée. D’un côté, les Juifs sont en Pologne depuis plus d’un siècle. Donc difficile de dire que la Pologne est antisémite.
Mais de l’autre, un siècle, c’est long. Ils en ont marre et voudrait qu’on s’en aille.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Jérémie Dres -
Première bulle du roman !
vagabondageautourdesoi.com - Jérémie Dres -
Se mettre en scène n’est pas aisé !
vagabondageautourdesoi.com - Jérémie Dres -
Puis, voilà les ancêtres qu’il faut retrouver !

Du côté des critiques

Libération –

Du côté des autres blogs

Tu vas pas t’abîmer les yeux

Questions pratiques

Jérémie Dres – Nous n’irons pas voir Auschwitz

Éditeur :  Carambourakis

Twitter :   @ECambourakis Instagram : editions_carambourakis

Facebook

Parution : 28 novembre 2011

EAN : 9782916589763

Lecture : Juillet 2022

Littérature contemporaine

Bande dessinée

Auteurs commençant par D

Chroniques littéraires

14 commentaires

    • Oui, il semble que cette troisième génération soit inventive ! Bonne continuation 🙂

  1. Bonjour Matatoune. Je ne lis pas beaucoup de romans graphiques, et celui-ci ne m’attire pas, surtout si les émotions ne passent pas. Bonne journée

    • Ce qui ne sera absolument pas le cas de son nouveau qui parait à la fin du mois. Bonne soirée 🙂

  2. Je vois que vous n’avez pas été complètement convaincue… et comme je ne suis pas attirée par les romans graphiques en général, je passe… Surtout que j’ai déjà eu quelques lectures marquantes sur Auschwitz, Primo Levi, Charlotte Delbo, qui sont bouleversants.

    • Oui cette troisième génération a des ressources nouvelles pour aborder le devoir de mémoire! Bonne soirée 🙂

Répondre à Dans l'oeil d'une flâneuse Bretonne.... Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.