Antoni Gaudi – Musée Orsay

vagabondageautourdesoi.com - Antoni Gaudi -

vagabondageautourdesoi.com - Antoni Gaudi -

La Catalogne, et la ville de Barcelone, ont débarqués près du quai de Seine, au Musée d’Orsay en proposant une exposition sur Antoni Gaudi (1852- 1926). Originaire de Reus, en plein cœur de la Catalogne espagnole, Gaudi inscrit ses créations dans le courant du modernisme catalan et en est devenu, au fil du temps, un représentant incontournable.

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -
Vestibule reconstruit pour l’exposition

Le Musée d’Orsay ouvre son exposition sur des boiseries remontées pour la première fois et appartenant à la Casa Milà (1905- 1910). D’emblée, le visiteur est plongé dans l’univers de fleurs et de courbes qui caractérise l’Art Nouveau espagnol. En six sections, l’œuvre de Gaudi est exposée :

  • Gaudi à l’œuvre avec son atelier, sa bibliothèque et ses premiers projets,
  • puis Barcelone avec la relation avec Guëll, son palais et l’exposition 1910, où une salle entière lui sera consacrée
  • Après, Quatre palais sont présentés en détail avec certains de leurs ameublement,
  • bien sûr, la grande église.

Pour cette présentation, l’exposition est résumée en quatre points. Réducteur, certes, mais qui m’a semblé essentiel !

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -
Projet de fin des études d’architecture de Antoni Gaudi

Architecte artisan

Dés le début de l’exposition, le visiteur appréhende cette notion très particulière commune à tous les créateurs de l’époque, le mélange de toutes les techniques. Certes, Antoni Gaudi était formé à l’architecture, il crée des maisons, mais aussi savait souffler le verre, travailler le fer, le bois, mais aussi savait manier la glaise et façonner les céramiques.

vagabondageautourdesoi.com - Antoni Gaudi -
Ferronnerie – pour une maison construite et décorée par Antoni Gaudi

Issu du courant moderniste, Antoni Gaudi privilégie les courbes plutôt que les droites, inventées par l’homme, selon lui. Les éléments de décorations s’inspirent de la nature et les couleurs sont vives. Seulement, en intégrant toutes ces notions, il les magnifie avec l’exubérance de son identité catalane, les baignant dans une lumière généreuse.

En regardant les réalisations de Antoni Gaudi, on entend Salvator Dali en faire l’éloge, gaudi voulant dire en calalan, plaisir !

Nature et la patte divine

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -

Le champ qui abrite la future Casa Vicens est rempli de fleurs jaunes. Antoni Gaudi s’en inspire pour en faire son motif principal.

vagabondageautourdesoi.com - Antoni Gaudi -

Dragons du Parc Guëll

De récentes recherches ont montré que les dragons du Parc Guëll s’inspiraient de rochers érodés et alvéolaires de l’arrière pays de Reus. Il est démontré que Antoni participait à un atelier de randonnées depuis l’âge de 27 ans.

Ainsi, le jeune artiste est persuadé qu’il suffit de regarder la nature pour trouver son inspiration.

« Je n’invente rien. Je copie toujours le grand livre ouvert de la nature. »

Dès 1876, Antoni Gaudi s’attèle à la restauration du monastère de Montserrat où sa vierge était la protectrice des catalans.

D’autres réalisations religieuses s’échelonneront toute sa vie jusqu’à créer une cathédrale moderne, sa ferveur religieuse pouvant s’y renforcer.

L’artiste considérait que la nature témoignait de l’œuvre de Dieu. La liturgie, comme dans les cathédrales moyenâgeuses, devait être expliquée et transmise pour être respectée. Ce fut pour lui le sens de son engagement dans l’architecture religieuse. Il fallait ainsi restaurer la foi dans une cité qui oubliait ces valeurs.

Un projet de béatification a été présenté au Vatican, il y a quelques années. A suivre donc !

Un mécène dévoué

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -
Un exemple de décor d’architecture

Profitant d’une expansion hors norme, Barcelone se développe pendant quarante ans. Des concours s’organisent.

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -
Matrone qui représente la ville de Barcelone

La rencontre entre Antoni Gaudi et Eusebi Guëll (1846-1918) se fait à l’exposition universelle de 1878. Ce dernier, qui appartient à la bourgeoisie, a fait fortune dans l’industrie du textile. Il souhaite recréer un univers propre à la Catalogne par rapport à la prépondérance de Madrid. Dès 1884, Gaudi travaille sur la résidence secondaire de l’industriel. Leur collaboration ne cessera plus jamais.

vagabondageautourdesoi;com - Antoni Gaudi -
Carnet d’exposant de Antoni Gaudi pour l’exposition universelle de 1888

Œuvre inachevé mais œuvre d’une vie

Depuis de nombreux projets, Antoni Gaudi souhaite élever une cathédrale gothique mais moderne pour célébrer, comme au moyen-âge, la grandeur de Dieu. L’idée de la construire à Barcelone se concrétise. Pour l’architecte, ce sera un temple expiatoire de l’attitude des barcelonais concernant leurs pêchés et leur anti-cléricalisme notoire.

Seulement, Antoni Gaudi remet en cause les contreforts de l’art gothique. En 1903, il est chargé de restaurer la cathédrale de Majorque, récemment ébranlée par un tremblement de terre. Il souhaite bâtir aussi haut, aussi grand sans avoir recours aux contreforts habituels.

C’est en construisant la chapelle du Palais Guëll en 1886 que Antoni Gaudi trouve le procédé qui lui permettra de répondre à ses attentes.

A l’aide de maquettes, et à l’envers, il matérialise à l’aide de sacs de plomb et de ficelles les forces des arcs paraboliques existants. En la retournant, la flèche peut monter à plus de 40 m sans arcs-boutant et contrefort. Son procédé est trouvé. Il le met en pratique à la Sagrada Familia.

Le Musée d’Orsay a reproduit le procédé et avec un miroir montre « l’édifice » comme il sera lorsqu’il sera monté.

L’exposition permet de rendre compte de tout le talent, divers et ample, de cet artiste qui reste unique dans son genre.

Exposition organisée par les musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris, avec le Museu Nacional d’Art de Catalunya à Barcelone (MNAC)

Exposition également présentée du 18 novembre 2021 au 6 mars 2022 auMuseu Nacional d’Art de Catalunya à Barcelone (MNAC)

Commissariat général

  • Juan José Lahuerta, professeur à l’Escola Tècnica Superior d’Arquitectura de Barcelona, Universitat Politècnica de Catalunya.

Commissaires de l’exposition à Paris

  • Elise Dubreuil, conservatrice chargée des collections d’arts décoratifs au musée d’Orsay
  • Isabelle Morin Loutrel, conservatrice générale des monuments historiques à la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France

D’autres chroniques

Sources

Musée Orsay

Sagrada Familia – Arte

Gaudi, le visionnaire de Barcelone

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Antoni Gaudi -
Affiche officielle

Antoni Gaudi – Musée Orsay

#ExpoGaudi

Du 12 avril au 17 juillet 2022

Musée Orsay – Paris

Twitter : @MuseeOrsay Instagram : @museeorsay

Facebook

Directrice : Christophe Leribault

1 Rue de la Légion d’Honneur,

75007 Paris

Expositions 2022

Chroniques culturelles

11 commentaires

  1. Ah cette expo a l’air géniale ! Je vois qu’elle dure jusqu’en juillet donc j’irai la voir sans aucun doute. Merci de cette chronique, bonne journée Matatoune.

  2. J aime beaucoup Gaudi et si je pouvais je viendrais volontiers voir cette exposition qui a l’air fabuleuse. Bonne journée

    • Oui il faut avoir en tête ses magnifiques réalisations pour apprécier les détails ! Bonne soirée

Répondre à Pat0212 Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.