Mabrouck Rachedi – Tous les mots..

Mabrouck Rachedi – Tous les mots qu’on ne s’est pas dit

vagabondageautourdesoi.com - Mabrouck -

Dans tous les mots qu’on ne s’est dit, Mabrouk Racheti fait le récit des sentiments pudiques qui entourent les liens familiaux, et peut-être surtout de cette famille Asraoui, jamais dits mais si forts ressentis. De l’exubérance rencontrée dans la vie quotidienne, l’effacement se fait pour parler de l’intime.

Autour de l’anniversaire de Fatima, la mère de soixante-dix ans, la famille se réunit sur une péniche et décide de lui offrir la présence de ses dix enfants avec leurs conjoints et leurs enfants, mais aussi celle de la tour Eiffel qu’elle n’avait jamais vu malgré ses nombreuses années passées en France.

Comme souvent dans les familles, des réserves lient chaque membre ce qui empêche chacun d’exprimer leur affection sauf au travers des remarques sans cesse répétées, de faux-semblant et de mystères que chacun entretient pour se préserver de devoir dire aux autres sa réalité. Du coup, chacun, dans sa solitude, affronte sans soutien et aide, les vicissitudes de la vie.

A partir de cette fête, Mabrouk Racheti raconte les liens tissés autour du socle que représentent Mohand et Fatima. Jeune homme, celui-ci quitte son univers pour venir travailler en France. Fatima le rejoint dans un second temps. Ils décident de vivre leur amour et de fonder un territoire au cœur de Paris où leurs enfants sauront s’épanouir.

Le roman est construit autour du voyage de la péniche à travers Paris. Profitant des ponts que la péniche croise, un souvenir ou un événement se racontent révélant secrets et non dits, trop lourds à partager. De plus, l’histoire colle à la vie des premiers émigrés, employés comme ouvriers qui font venir leur femme pour fonder en France une famille. De ce déracinement, ces isolés transmettent à leurs enfants leurs valeurs qui vont les pousser à grimper l’ascenseur social dans cette France qu’ils ont rêvé.

Cette culture hybride dont la seconde génération hérite, Mabrouk Racheti la révèle dans ce roman sensible et émouvant, où l’affection et le respect sont omniprésents. Une fresque sociale et historique s’imbrique aussi. Elle raconte l’Algérie pendant la guerre d’indépendance, le milieu ouvrier et évidemment le racisme en France et la répression du métro Charonne.

Avec beaucoup d’empathie et de justesse, Mabrouk Racheti livre avec Dans tous les mots qu’on ne s’est dit un roman sensible, documenté et émouvant sur la construction d’une famille dont les parents sont immigrés algériens, leurs cheminement pour construire l’identité de chacun à partir de cet héritage particulier.

Remerciements

à @editionsgrasset et @NetgalleyFrance pour #Touslesmotsquonnesestpasdit de @MabrouckRachedi

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Détenir ce pouvoir qui lui manquait cruellement. Il était convaincu qu’en maîtrisant et en nous appropriant la langue, nous réparions le handicap de la position sociale.

C’est ça la vie en banlieue, parfois on s’arrête sans savoir pourquoi.

On s’aime, sans gestes ni mots d’affection.

Un chômeur cherche au moins un emploi. Un écrivain croit qu’il en a un.

La génération d’avant a vu les premiers pas de l’homme sur la lune, nous verrons Thriller.

En moins d’une heure. il est devenu le chef de son père, en une journée, le chef du chef de son chef.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Mabrouck -
Exergue
vagabondageautourdesoi.com - Mabrouck -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Mabrouck -
Second extrait
vagabondageautourdesoi.com - Mabrouck -
Dernier extrait

Du côté des critiques

Le Monde

Questions pratiques

Mabrouck Rachedi – Tous les mots qu’on ne s’est pas dit

Twitter : @MabrouckRachedi Instagram : @maroukracheti

Éditeur : Grasset

Twitter : @editionsgrasset Instagram : @editionsgraasset

Facebook

Parution : 26 janvier 2022

EAN : 9782246827344

Lecture : Mai 2022

Littérature contemporaine

Auteurs commençant par R

Chroniques littéraires

10 commentaires

    • Oui j’ai bcp aimé sa façon d’aborder cette culture de mélange propre aux familles immigrées.

    • J’ai bien aimé sa maitrise avec laquelle il distille les souvenirs, secrets, etc au déroulement de la fête 🙂

Répondre à Renée Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.