Philippe Besson – Paris – Briançon

vagabondageautourdesoi.com - Philippe Besson -

Rentrée littéraire hiver 2022

Voyager avec Philippe Besson en cette rentrée littéraire, hiver 2022, c’est monter dans le train de nuit n° 5789. Au départ de Paris pour Briançon, ce transport décide de prendre son temps. Il passe par Crest où on ne s’arrête jamais malgré son donjon médiéval, puis Die, et bien sûr, sa Clairette, après arrive Gap et sa brillante équipe de Hockey. Pas loin, apparait Embrun et son lac magnifique qu’on ne voit pas car il fait nuit noire. Puis, la gare de Mont-Dauphin-Guillestre ouvre la porte d’une région magnifique le Queyras, encore protégée! Et, enfin arrive Briançon, ville fortifiée. Elle ouvre les portes de l’Italie qui se découvrent à une encablure de remontées mécaniques.

Alors de là à croire à une opération publicitaire pour célébrer la réouverture de la ligne de nuit en cette fin décembre 2021 après fermeture pour rénovation, il n’y aurait qu’un pas, si on ne connaissait pas Philippe Besson

Quelques mots de l’histoire …

Ce temps hors norme, entre deux mondes, Philippe Besson le décrit en plaçant sa galerie de personnages où chacun va cheminer avec les autres dans le wagon comme un concentré de tranche de vie !

Alexis Belcour vient d’avoir 40 ans. Il sait qu’il a un peu changé mais, franchement, il ne voit pas trop la différence depuis ses 30 ans. Médecin dans le 13è arrondissement, il doit descendre au terminus, pays de son enfance.

Victor Mayer, lui, a 28 ans et est un sportif haut niveau venu à Paris pour un rendez-vous médical qui a pris plus de temps qu’il ne l’avait envisagé. Il retourne chez lui pour reprendre son entrainement dès demain. Certainement; il ne sera pas frais après une nuit en couchette mais impossible de faire autrement !

Assistante de production, Julia Prévost accompagne ses deux marmots chez ses parents pour les vacances. Jean-Louis et Catherine Berthier vont passer une semaine dans une location à Briançon, trouvée sur internet. Ils veulent s’accorder ce temps, eux qui n’ont plus aucune obligation.

Et, bien sûr, il y a le bonimenteur, beaucoup baragouineur, Serge Dufour, âgé de 46 ans, revient d’une semaine de formation dans la capitale, intermède à son job de VRP. La jeunesse est représentée par un groupe assez hétéroclite. Manon, Leïla, Hugo, Dylan et Enzo déterminés à passer une nuit sans dormir avec bières et joints disponibles.

Néanmoins, Philippe Besson instaure un suspens qu’il annonce plusieurs fois avec son personnage énigmatique, Giovanni Messina …

Alors …

Paris-Briançon est un roman savoureux où chacun peut se projeter ! Car, l’attraction de ce roman tient à la parenthèse du voyage qui attire. Qui n’a pas rêvé et/ou n’a pas vécu une relation éphémère mais d’autant plus intense que chacun sait qu’elle prendra fin au terminus ! Mais, l’envie de ce roman vient aussi de la curiosité envers les compagnons de voyage, d’autant plus développée que la longueur de trajet rend ennuyeux toutes les choses prévues. Pour passer le temps, imaginer la vie du voisin peut s’avérer très facile et drôle !

Mais, une fois attiré par le sujet, Philippe Besson sait garder captif son lecteur car chacun de ses personnages trouve comparaison avec des personnes connues. Aussi en maîtrisant l’attention du lecteur, il suscite savamment son inquiétude pour cette communauté bien sympathique et son drame inconnu mais annoncé !

De plus, Philippe Besson a le sens de la formule, complété d’un talent de conteur qui rend cinématographique ce Paris-Briançon qu’on lit presque d’une traite, avec ses chapitres courts qui s’enchaînent ! Un moment de lecture très agréable, sans angélisme, juste le plaisir de découvrir une histoire bien ficelée, pleine d’espoir mais aussi un peu sombre, comme la vie  !

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Souvent, la vie se décide sur presque rien, une rencontre, une opportunité, une paresse.

Il y a des passions qui s’éteignent vite, des promesses qui ne sont pas tenues, des masques qui tombent, des mariages qui tournent au vinaigre, des séparations conflictuelles qui vous ramènent à la case départ mais, avec en sus, deux marmots sur les bras.

(…) mais c’est intime, un ménisque, c’est son corps, sa mobilité, sa vélocité et c’est devenu sa vulnérabilité ; (…)

C’est cela aussi, être un couple depuis longtemps, ne pas promettre ce qu’on ne peut tenir, et c’est cela prendre de l’âge, admettre ce contre quoi on ne peut pas lutter.

Quand on ne vous a pas appris l’assurance, les bévues ne sont pas rares. Et quand on vous a effrayé, dominé, vous risquez de perdre l’équilibre.

(…) on n’est pas obligé de pardonner aux morts.

Il est beaucoup plus facile de se confesser devant une personne qui ne sait rien de vous, qui ne vous jugera pas, qui n’osera pas, qui ne vous délivrera pas de conseils, qui ne s’y sentira pas autorisée, c’est comme parler au vent, ou parler à la mer du haut d’une falaise.

Ah oui, parce que je ne vous ai pas dit, ils n’ont pas avancé les noms des licenciés, alors on attend tous, même si on ne se fait pas d’illusions, mais cette attente c’est quand même un supplice, voyez.

« (..) tout garder pour soi c’est le meilleur moyen que ça nous dévore. « 

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Philippe Besson -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Philippe Besson -
Puis un second

vagabondageautourdesoi.com - Philippe Besson -

vagabondageautourdesoi.com - Philippe Besson -
Puis, le dernier

 Du côté des critiques

France inter – La bande originale –

D’autres blog en parlent

Sin CityLa bibliothèque de JujuTu l’as luSur la route de Jostein

Questions pratiques

Philippe Besson – Paris – Briançon

Éditeur : Grasset

Twitter : @EditionsGrasset Instagram : @editionsgrasset

Parution : 6 janvier 2022

EAN : 9782260054641

Lecture : Janvier 2022

Littérature contemporaine

Auteurs commençant par B

Chroniques littéraires

22 commentaires

    • Il est très réussi !On passe un bon moment de lecture à découvrir cette galerie de portraits !

  1. Ce Philippe Besson, accroché aux basques du prince Macron, a abandonné tout esprit critique et s’est lové dans la position d’un courtisan.
    Je ne lirai donc pas cette œuvre qui aurait sans doute mérité une préface de son bon maître. à penser. 🙂

    • 🙂 …Mais, il est devenu moins courtisant depuis qu’il a reconnu que le prince semblait toujours être d’accord avec vous avec son sourire de communicant mais ne suivait que son avis ! Tiens, c’est peut-être cette petite phrase en Itw qui m’a fait revenir vers lui 🙂 Bon dimanche ! Merci d’être passé

    • Oui et je le conseille car malgré la fin qu’on ne raconte pas, c’est un bon divertissement ! Merci d’être passé ici

  2. Lors de la parution de son précédent roman, le dernier enfant, j’ai eu envie de le lire car le thème m’intéressait et puis j’ai oublié (mais j’ai le temps), celui-là est également intéressant car lors de mes voyages en train je me fais souvent des « films » sur mes voisin(e)s et imagine parfois leurs vies 🙂

    • Oui et je pense que le sujet « parle » à bcp, surtout par les temps qui continuent à courir 🙂

  3. J’apprécie beaucoup Philippe Besson. Celui-ci me semble intéressant pour la rencontre entre tous ces personnages différents. Et un de plus dans la PAL !😉

    • Ah, désolée pour la Pal 🙂 Moi, j’avoue avoir perdu de vu cet écrivain depuis pas mal d’années. Mais là, le sujet, l’envie de voyager aussi et ne le pouvant pas trop, alors j’ai sauté le pas et ne le regrette absolument pas.

  4. Je ne connais pas cet auteur. La région de Briancon est magnifique, j y ai passé de belles vacances il y a fort longtemps. Bonne soirée

    • J’ai aimé retrouver l’atmosphère du voyage et ses personnages, bien présentés ! Bon dimanche !

  5. A une époque j’aimais bien les romans de Philippe Besson. D’ailleurs je ne sais plus trop pourquoi j’ai arrêté de le lire. Peut-être que je m’y remettrai, un jour ou l’autre…

  6. j’aime beaucoup ses premiers romans jusqu’à « Arrêtes avec tes mensonges » et après blocage…
    Mais celui-ci j’ai décidé de le lire quand il sera à la BM et ce n’est pas pour demain la veille, car il y a eu peu d’achats pour la rentrée de septembre alors…

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.