Anne Sinclair – Passé composé

vagabondageautourdesoi.com Passé composé écrit par Anne Sinclair raconte ses mémoires à la fois professionnelles et privées, du moins, comme elle l’explique, dans le prologue, avec sincérité et justesse et non exhaustivité. En effet, il ne s’agit nullement de sombrer dans les révélations que le buzz médiatique actuel recherche à tous prix, mais de raconter le destin hors-norme d’une femme hors du commun !

Issue de la haute bourgeoisie progressive du 16ème arrondissement de Paris, Anne Sinclair décrit une jeunesse dorée, choyée et même adulée notamment par un père qui la surnomme Toute-Petite. Pendant son adolescence, elle croise Véronique Samson ou Jacques Chaban-Delmas et tant d’autres, entre New-York et Cannes en passant, évidemment, par Paris.

Anne Sinclair raconte sa volonté de faire du journalisme dans un monde plutôt réputé pour être fermé aux femmes. La télévision lui offre l’occasion de devenir l’égérie des dimanches soirs avec 7 sur 7 de 1984 à 1997.

Elle livre ainsi une photographie des médias sur plus de trente-cinq ans : leurs transformations au fil du temps, l’introduction du privé, de TF1 à Berlusconi, l’évolution politique de la France, ses conditions de travail mais aussi ses regrets dont ceux d’avoir laissé à sa mère ou à d’autres, le soin de s’occuper de ses deux fils lorsqu’ils étaient petits.

Elle raconte aussi son travail acharné pour ne jamais être prise en défaut et son assurance souriante pour cacher sa crainte et son tract. Passé composé décrit des failles et des faiblesses comme par exemple son soi-disant manque de mémoire maladif et ses nombreuses fiches pour se rassurer.

Attachée à la Sociale démocratie, elle se dit plus « Medetiste » que « Mitterandienne ». Il faut dire que l’affaire Bousquet est venue entacher la réputation du second !

Pour aller plus loin

C’est fabuleux de repasser ainsi le film médiatique des décennies de la seconde moitié du XXè siècle, d’y croiser des personnalités qu’elle a juste rencontré, connu ou même aimé. Mais attention ici, aucune révélation ni secret dévoilé ne vient ternir le récit tranquille de sa vie.

Anne Sinclair analyse très justement la montée de l’Extrême-Droite jusqu’à sa soi-disant normalisation actuelle alors qu’elle n’a rien perdu de sa puissance de nuisance. Juste l’enrobage reste différent.

Concernant le scandale de Dominique Strauss-Kahn, Anne Sinclair se déclare sous son emprise. La description qu’elle fait de sa réaction est conforme à la façon dont, devant les caméras du vingt-heures quelques semaines après, il s’est présenté, ne prenant pas la mesure de son comportement. Évidemment avec les affaires qui ont suivis, la relation s’est définitivement cassée.

Anne Sinclair se revendique journaliste-citoyen. C’est à dire celui ou celle qui ne tend pas son micro pour laisser débiter les éléments de communication appris par cœur ou celui ou celle qui va chercher la petite phrase ou la réflexion qui fera le buzz médiatique pendant quelques heures. Si le lecteur prend le temps de lire ce récit, c’est qu’il en est convaincu !

En balayant plus de soixante-dix ans de sa vie, Anne Sinclair livre un récit authentique, parfaitement rythmé par la narration de ses nombreuses rencontres dans les arcanes du pouvoir français. Beaucoup de plaisir à lire Passé Composé et a rencontrer cette femme qui a eu un destin exceptionnel !

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Me voici à mon tour piégée dans ce paradoxe : écrire comme tout le monde , en espérant intéresser tout le monde à une vie qui ne sera pas celle de tout le monde.

Une intelligence trop vive se déploie forcément au détriment de la sensibilité, de l’attention aux autres, de la générosité, pensais-je.

Ce propos n’était pas sans arrière- pensée : la démonstration du bien- fondé des mesures en faveur du peuple traduisait surtout la crainte que celui-ci, un jour, ne se rebelle plus que de raison.

C’est un magnifique indifférent au monde ( Dominique Strauss-Kahn) et aux gens , ce qui a permis sa résilience,hors du commun

Mais je ne crois pas qu’on respecte mieux le peuple quand on lui tend le miroir de son quotidien, plutôt qu’en ouvrant la fenêtre pour partager avec lui ce qui arrive au reste de l’humanité.

La falsification de l’ histoire, les propos séditieux, ou tout simplement hors du périmètre communément partagé 3la société dans lequel il vit, ne peuvent être tenus à égalité avec d autres , parfaitement acceptables

L’actrice ( Sharon Stone) montrait simplement de la chaleur, comme le font les Américains, mais qu’il ne faut pas prendre pour une manifestation amicale.

Les femmes actives ont toutes le même souci : que faire passer en priorité?

Or, si la politique est une vision du monde, il faut offrir à ses représentants la possibilité de développer une pensée complexe. Le temps est l’allié de la compréhension.

Une femme dont les rides s’accusent se fera d’elle d’elle-même plus rare avant qu’on lui en fasse sentir l’urgence.

Et tous ceux qui ont voulu voir en lui ( Mitterrand) le héraut de toujours d’une gauche sans tache se sont fourvoyés et nous ont fourvoyés.

On respectait et on aimait Mendès. On suivait Mitterrand.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com Un premier extrait

vagabondageautourdesoi.com

Puis un autre

vagabondageautourdesoi.com

Puis, encore un autre

vagabondageautourdesoi.com

Puis le dernier

Du côté des Critiques

Marie-ClaireLa Voix du Nord Mag

D’autres blogs en parlent

Culture VSNews

Questions pratiques

Anne Sinclair  – Passé composé

Éditeur : Éditions Grasset

Twitter @EditionsGrasset Instagram @editionsgrasset

Parution : 2 juin 2021

EAN : 9782246828174

Lecture : Juin 2021

Essais

Chroniques littéraires

21 commentaires

  1. Je n’apprécie pas, non plus, ce genre de récit. Les personnes politiques ou médiatiques ne m’intéressent pas davantage. Je préfère les biographies et la vraie littérature… mais je peux concevoir que sa vie de journaliste fut intéressante. 😉

    • J’ai trouvé son récit sensible et j’ai apprécié de balayer ainsi trente-cinq de notre histoire politique, certes, mais surtout médiatique.

  2. Lire a l’ombre avec un joli bol de cerise que c’est tentant…..Merci pour cette présentation. Bisous bisous

    • Mes cerises ont bcp de succès 🙂 De fait, elles sont très bonnes 🙂 Bonne soirée

  3. je passe mon tour, ce genre de récit m’attire peu, et je reste sur l’abandon de « Soit dit en passant » de Woody Allen… On les voit tellement dans les media, que je préfère ne pas aller plus loin
    je préfère les biographies ou les mémoires de personnes qui ont vraiment marqué l’Histoire 🙂

    • Pour moi, ce sont deux récits complétement différents. Le premier se justifie en essayant d’effacer l’image du pédocriminel qui lui colle à la réputation. La seconde raconte sa vie de journaliste. J’ai hésité dans ma chronique à parler de l’affaire DSK qui n’intervient qu’au 13ème chapitre, soit l’avant-dernier. Car, évidemment, lire ce récit pour savoir ce qu’elle en dit serait une très mauvaise raison. D’ailleurs, souvent les médias lui pose évidement les questions en rapport, comme si sa vie se résumait à cet épisode. En tout cas, la lecture des quelques 400 pages m’ont bcp plu ! Ce sont les mémoires d’une femme intelligente, cultivée et sensible. Heureusement, chacun ressent différemment les choses 🙂

    • Oui, tout à fait ! Et, de plus, elle balaye toute l’évolution des médias.

Répondre à laboucheaoreille Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.