Ilse Bing et son Leica

vagabondageautourdesoi.com
Auto-portrait 1931

Photographe allemande née en 1899, le destin de Ilse Bing la porte à Paris dans les années 1930.  Puis, la France devenant difficile pour ceux qui sont de religion juive, elle fuit la France pour New-York où elle s’installe jusqu’à sa mort (1998).

vagabondaeautourdesoi.com
Shoes for Harpers Baazar – 1935

Même si elle change de pays, de continent, Ilse Bing garde avec elle son Leica. Dans les années après les années folles, elle saisit par ses portraits toute une génération en émergence.

vagabondaeautourdesoi.com
Self-Portrait in shadow – 1935

Photographe de l’instant, elle capte l’audace et la spontanéité. Mais, première à adopter cet appareil photographique mythique, elle devient la Reine du Leica. Avec son appareil, elle fait immerger le rêve des surréalistes dans la réalité du quotidien.

vagabondaeautourdesoi.com
Paris and Beyond

Inspirée par les codes de ce que l’on appelle la Nouvelle Vision, ce langage visuel notamment forgé par les enseignants et les étudiants du Bauhaus. Comme eux, elle multiplie les points de vue : gros plans, contre-plongées. Elle traque les formes géométriques dans la ville, se focalise sur des objets du quotidien, comme une carafe qui paraît soudain rayonner de mille feux, ou ce bouquet aux tiges ensorcelées.Télérama

vagabondaeautourdesoi.com
Still life with tulips 1939

Proche du photojournalisme, Ilse Bing cherche à transcrire aussi le mouvement.

vagabondaeautourdesoi.com
French Cancan

Cet appareil 24x36mm commercialisé par Leitz est révolutionnaire en tous points : 36 vues d’affilée, dimension réduite, maniement aisé, éléments de contrôle situés sur le dessus du viseur, profondeur du champ, film bon marché…

vagabondageautourdesoi.com
New-York-Me-and-the-Elevated-1936

Internée en 1940 au camp de concentration pyrénéen, elle reçoit son visa pour les États-Unis. Imigrée en 1941, elle s’installe à New-York. Sa carrière a du mal à redémarrer. Et en 1959, elle met fin à sa carrière de photographe.

Son travail est redécouvert dans les années 70 avec une exposition au MoMA en

vagabondageautourdesoi.com

« Le contraste de ce beau et pur visage de femme sur une affiche à moitié déchirée, qui pendait sur un pan de maison délabrée et noirâtre, est saisissant. Cette image disait plus sur la fragilité de la vie de l’homme sur cette terre troublée qu’un long discours philosophique. […] Je comprenais alors qu’une photographie peut être plus qu’un simple reflet de la réalité. […] Elle peut exprimer un souci d’art et déclencher en nous toute une suite de réflexions. » Gisèle Freund (1908-2000) portraitiste.

vagabondaeautourdesoi.com
Auto-portrait 1986

Sources

Exposition jusqu’au 29 mai

Galerie Karsten Greve,   5 Rue Debelleyme,
75003 Paris

vagabondageautourdesoi.com
Street Cleaner Paris 1947

PHOTOS EN VRAC

BRIC A BRAC DE CULTURE

15 commentaires

Répondre à Renée Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.