Nos rendez-vous – Eliette Abecassis

@vagabondageautourdesoiAmélie et de Vincent se racontent dans « Nos rendez-vous » d’Eliette Abecassis.  Une vie presque entière pour accepter ce que les premières heures avaient suggéré.

Dis ainsi, le roman ressemble à une romance! Bien sûr, il raconte l’amour et la tendresse mais aussi la vie comme elle passe, les choix que l’on ne fait pas, le hasard qu’on subit, quoique subir n’est certainement le mot juste….

C’est au temps des téléphones encore dans les cabines, des partages de colocation pour les seuls étudiants, du mariage comme engagement de fidélité, d’enfant comme amour absolu.

Dis ainsi, le roman semble nostalgique! Il pourrait puisqu’il se situe dans cette seconde moitié du siècle dernier. Et, pourtant, le style d’Eiette Abecassis n’est jamais mélancolique. Elle décrit des vies qui s’enmèlent, se séparent et se retrouvent sur dix ans, vingt ans, trente ans sans amertume, juste comme une évidence.

C’est un roman court du temps qui passe, de la vie qui nous fait grandir, de l’expérience qui rend les décisions plus sures et de l’envie de garder intact les ‘émotions  malgré l’âge, les cheveux gris et les rides. Un havre de douceur et de tendresse proposé par Eliette Abecassis pour ce mois de janvier 2020. Un bien joli moment de lecture !

Merci #Netgalleyfrance et @EditionsGrasset pour #NosRendezVous

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

En somme, elle vivait sous le régime de la Terreur, version 1986, et elle n’avait aucune porte de sortie, sauf à se réfugier dans la lecture et la musique.

La moitié des erreurs qu’on fait dans la vie est à cause de la précipitation, l’autre moitié à cause du défaut d’action.

Cette fois il n’y avait plus rien à dire. C’était comme s’il avait pris son cœur et qu’il l’écrasait en milliers de petits morceaux.

Cette conversation qui s’éternisait, ou bien qui n’en finissait pas de mourir; de mourir de ne pas faire, ne vois-tu pas que je meurs d’envie d’ aimer.

Elle connaissait le bonheur d’aimer et d’être aimée en retour. Elle était tout pour lui, il était tout pour elle. En peu de temps, il l’avait conquise, corps et âme : il était devenu le centre de sa vie, son attention de chaque minute, chaque seconde, chaque heure, chaque pensée, dirigée vers lui. Il n’y avait que lui au monde.

Ce genre de cicatrice à l’adolescence ne laisse pas indifférent. Elles restent à vie, comme un fer rouge avec au fond de soi la peur du ridicule, de ne pas porter la bonne tenue, de ne pas être comme il faudrait, d’avoir l’air bête…Celle qui n’était pas bien dans sa peau, qui n’osait pas se montrer aux boums, qu’on n’invitait pas, qui ne savait pas danser, restait dans un coin, à se cacher, derrière le visage avenant de la jeune femme qu’elle tentait de se composer.

Ils n’avaient pas compris. Ils n’avaient pas osé. Ils étaient empêtrés chacun dans leur éducation, leurs inhibitions, ils ne savaient pas. Ils ignoraient que la vie prend le dessus sur les rencontres et sur l’amour, que de fil en aiguille on est emporté malgré soi vers un destin qu’on ne maîtrise plus, que l’on prend des bifurcations comme des portes qui nous mènent vers des couloirs, des couloirs de dix ans, de vingt ans, de trente ans, qu’on épouse souvent la personne qu’on n’aime pas, qu’on laisse passer l’amour de la vie, par délicatesse, par malchance ou par inadvertance, qu’on ne fait pas des enfants avec ceux que nous aimons et que ces enfants sont ensuite la raison pour laquelle on reste avec eux, et la raison aussi pour laquelle on finit par se séparer.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

 

 

 

Nos rendez-vous – Eliette Abecassis

Éditeur : Grasset

Parution: 2 janvier 2020

ISBN : 2246817374

Lecture : Décembre 2020

16 commentaires

    • Oui, un roman tout simple, joliment écrit qui rappelle à la bienveillance sur soi-même et à l’acceptation du temps qui passe.

  1. Bonjour Matatoune. Je n’ai encore rien lu de cet auteur alors pourquoi pas quand j’aurai fini les 7 romans empruntés à la médiathèque. Bonne journée

  2. Bonne et douce nouvelle année 2020 chère Matatoune. Je te souhaite une année remplie de petits bonheurs.
    Mes amitiés ♥

      • Merci . Avec Netgalley, possible de lire en service de presse et en e-book à condition de faire paraître une chronique sur son blog (https://www.netgalley.fr/) Du coup, lecture avant mais j’ai attendu la parution de l’exemplaire papier pour faire paraître ma chronique.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.