Stéphane Guillon – Premiers adieux

« Premiers adieux », spectacle de Stéphane Guillon, commence en cette fin de mois de janvier 2019 dans un tout petit théâtre situé dans le second arrondissement. Ce fut notre façon de retrouver un humoriste qui, avec le Bedos des années 90, est un de nos préféré ! Être humoriste et faire comme bon lui semble, quitte à aller trop loin, cela lui a créé une carrière en dents de scies.

Affiche du spectacle

En révélant le salaire de Cyril Hannouna sur C8 dans Salut les Terriens en octobre 2016 (10 000 euros par chronique) et en tapant sur le patron de Canal + sur une chaîne concurrente, Stéphane Guillon n’a pas vu son contrat reconduit en juin 2017. Depuis Alex Vizoreck le remplace et avec lui est arrivée Rachel Garrido, comme nouvelle chroniqueuse ! J’aime bien les belges de France Inter, c’est gentil et un peu subversif mais je refuse à Alex Vizoreck le mérite de ses chroniques depuis qu’a révélé qu’une équipe de « nègres » était derrière son nom.

Déjà en juin 2010, après une chronique critiquant ouvertement son patron, Jean-Luc Hees, Stéphane Guillon avait quitté la matinale de France Inter après deux ans de présence. Deux millions d’auditeurs ont du lui manquer ! A moi, il m’a manquée ! La charge de Stéphane Guillon contre P. Val, directeur de la station, et J.L Hees, PDG de Radio France, lors de la matinale de France inter.

Alors, lorsque Stéphane Guillon présente son livre « Journal d’un infréquentable: 2016-2017 » et justifie ses interventions devant Sonia Devilliers (Instant M de France Inter), on se régale un peu …beaucoup! Ici   . Être outrancier, affronter les invités les yeux dans les yeux semble ne plus être possible dans nos années 2010/2020. N’empêche que Guillon, c’est l’humoriste qui ne se laisse jamais absorber par les jeux de pouvoirs et résiste en les dénonçant quitte à dépasser …un peu, beaucoup … les bornes ! Et, le redresseur de tords des personnalités qui jouent avec les médias moi j’apprécie !

Où en est-il aujourd’hui ? Son spectacle « Premiers adieux » rassemble autour des problèmes du couple, de la cinquantaine, de Dieu (et de toutes les religions), de la famille recomposée, de PMA et de son départ à la retraite, le même ton, drôle et incisif, comme on lui connait !

Alors, lorsqu’il aborde le sujet de notre président et des Gilets jaunes, on attend… On espère… De tous petits rire ! La raison de sa gentillesse : Sa femme (et metteur en scène) est amoureuse de Macron ! C’est une déception ! La petite blague sur les copains musclés du gamin est facile ! Car du fou du roi, on attend une critique acerbe de la main qui donne à manger ! Surtout après deux ans de présidence, une révolte des gilets jaunes dont on ne sait encore qu’est-ce qu’elle va donner, un grand débat qui ressemble de plus en plus à une formidable campagne électorale, etc …

La soirée fut douce et agréable ! Dans la salle, de nombreux retraités, quelques jeunes. Pendant le spectacle, j’ai pensé à Raymond Devos qui, après la présentation de son théâtre de l’absurde, demandait au public de redescendre lentement, tout tranquillement, dans la réalité du monde avant de se séparer, pour ne pas avoir d’accident de spectacle! Ce soir là, je n’ai pas oublié la noirceur du monde, ni sa beauté d’ailleurs. L’ordre a été quelque peu bousculé par insolence et une bonne dose d’autodérision me rappelant les bonnes valeurs de gauche, mais il y manquait un peu, beaucoup… de coeur !

Fatigué, dépassé, Guillon ! Certainement pas, car il s’échauffe ! Prenez garde à lui !

L’entrée du théâtre

Premiers adieux – Stéphane Guillon

Théâtre de la Pépinière

Du mercredi au samedi à 19 h

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.