“La forme ne m’intéresse pas, je peins des idées”.

MAGRITTE                      LA TRAHISON DES IMAGES

CENTRE POMPIDOU-  Du 21 septembre 2016 au 23 janvier 2017

 Samedi 14 janvier 2017

“Surréalisme : Automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer soit verbalement soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée.

Dictée de la pensée en absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale… »

André Breton

 

Le surréalisme en Belgique :

Dès 1926 la Belgique intègre les principes surréalistes français. Magritte sera au centre d’un grand groupe d’amis surtout d’écrivains, comme Goemans, Nougé, Mesens et plus tard Scutenaire, tous animés par un même esprit subversif. Déjà en 1923, suite à la découverte d’un tableau de Chirico, Magritte abandonne la peinture abstraite : “la forme ne m’intéresse pas, je peins des idées”. A partir de 1927, et pendant 3 ans, Magritte et Goemans rejoignent le groupe français à Paris mais en 1930, après une dispute avec Breton, Magritte revient en Belgique. Le surréalisme belge se distingue très nettement des théories de Breton sur la conception de l’image. Elle n’est ni le résultat d’une écriture automatique, ni le fruit du hasard mais produit d’une démarche longuement réfléchie. La question de la connexion entre l’objet réel, son image et les mots le désignant seront au centre de la révolution surréaliste de Magritte.

Extrait du dossier pédagogique.

“Oui… j’essaie toujours que la peinture ne se fasse pas remarquer, qu’elle soit la moins visible possible. Je travaille un peu comme un écrivain qui rechercherait le ton le plus simple, qui se refuserait à tout effet de style, de façon à ce que le lecteur ne puisse distinguer dans son œuvre autre chose que l’idée qu’il a voulu exprimer”. Magritte

 

A la dernière minute, nous voici, mon amie et moi, propulsées au cœur de cette magnifique exposition!

Nous étions 3 489 visiteurs cette journée de samedi à avoir vu l’exposition à 15 h. Les gardiens ne font entrer dans l’antre qu’à peu près 415 visiteurs …

Donc, lorsque on entre, après à peu près 2h et demi d’attente, on se dit qu’on va ne rien voir car être autant désespère les amatrices que nous sommes….

Mais, voilà ….. Oublié la foule,  pour ouvrir nos mirettes…

2015-08-20-05-48-39_magrittelatrahisondeimage

LA TRAHISON DES IMAGES

L’exposition a choisit d’organiser la présentation autour de quatre mythes fondateurs de la peinture et ses représentations:

  • Les mots -L’épisode biblique de l’adoration du veau d’or.
  • Flammes et espaces clos -L’allégorie de la caverne de Platon.
  • Ombres – Invention de la peinture selon Pline l’ancien.
  • Corps morcelés- Récit de Zeuxis et les filles de Crotone
  • Rideaux- Bagarre entre Zeuris et Parrhasios.

     

 

 

 

 

Laisser un commentaire